ATP - Rolex Paris Masters : Zverev au bout de lui-même

ATP - Rolex Paris Masters : Zverev au bout de lui-même©Media365
A lire aussi

Clément Pédron, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 14h00

Alexander Zverev (23 ans) s'est qualifié avec brio contre Rafael Nadal, confirmant son superbe niveau à Paris. Surtout, l'Allemand semble être totalement dans sa bulle, loin des accusations de violences conjugales dont il fait l'objet, à quelque heures d'affronter Daniil Medvedev (24 ans) en finale du Rolex Paris Masters.

Alexander Zverev (23 ans) et Daniil Medvedev (24 ans) ont plusieurs choses en commun. Hormis leur âge relativement proche, les deux hommes sont droitier, mesurent 1,98m et ont le même lieu de villégiature en Principauté de Monaco. Mais, bien entendu, le premier cité est allemand quand son aîné est russe. Surtout, les deux hommes affichent un niveau impressionnant depuis presque une semaine. Pourtant, rien n'a été simple pour Zverev et à un degré moindre, pour Medvedev au regard de leur parcours avant et pendant le tournoi. Opposés dans quelque heures ce dimanche en finale du Rolex Paris Masters, le n°7 mondial allemand et le n°5 mondial russe, qui se retrouveront au Masters de Londres (du 15 au 22 novembre), ont des trajectoires différentes.

Zverev sur une pente ascendante

Alexander Zverev s'est montré particulièrement bon sur la surface dure. Défait en finale de l'US Open en septembre dernier contre Dominic Thiem alors qu'il pratiquait un excellent tennis (2-6, 4-6, 6-4, 6-3, 7-6), Alexander Zverev n'a cessé de monter en puissance par la suite. Après la parenthèse Roland-Garros il y a plusieurs semaines où il s'est incliné en huitième de finale contre Jannik Sinner (6-3, 6-3, 4-6, 6-3), l'Allemand a affiché son meilleur niveau en indoor sur dur à domicile. Lors des deux tournois organisés coup sur coup à Cologne, le droitier s'est hissé à chaque fois en finale avec le même résultat, une totale emprise sur son adversaire que ce soit contre Félix Auger-Aliassime (6-3, 6-3) ou Diego Schwartzman (6-2, 6-1) la semaine suivante.

Mais c'est sur le terrain de la vie privée que l'on a parlé le plus souvent d'Alexander Zverev. Accusé de violences conjugales par une ex-compagne et futur papa d'un enfant d'une autre ancienne relation, l'Allemand a vécu quelque semaines délicates au fur et à mesure des témoignages glaçants d'Olga Sharypova, la plaignante. Chahuté par les médias, le natif d'Hambourg a toujours nié les accusations et a toujours fait en sorte que les dires glissent sur lui. Pour le moment, l'aspect de la vie privée n'a pas l'air d'influer sur le niveau d'Alexander Zverev tant il est impressionnant. Exempté du premier tour en raison de son statut de tête de série n°4, l'Allemand a mystifié le pauvre Miomir Kecmanovic (6-2, 6-2) avant d'être chahuté par Adrian Mannarino (7-6, 6-7, 6-4) et de venir à bout de Stan Wawrinka en deux sets (6-3, 7-6) lors des quarts de finale. Contre Rafael Nadal, le double vainqueur de Cologne, qui comptabilise 15 titres dans sa carrière, a pris le dessus en patron sur le Majorquin (6-4, 7-5) pour rejoindre Daniil Medvedev.

Medvedev trop inconstant

Le Russe, lui, a aussi vécu des semaines compliquées avant de rejoindre Bercy. Après une défaite en demi-finale à Flushing Meadows contre le futur vainqueur de l'US Open (6-2, 7-6, 7-6), le n°5 mondial s'est arrêté au 1er tour à Hambourg contre Ugo Humbert (sur terre battue) et dans la foulée contre Marton Fucsovics (6-4, 7-6, 2-6, 6-1) à Roland-Garros. De retour sur la surface dure, le Moscovite s'est incliné au deuxième tour contre Opelka à Saint-Petersbourg puis en quart de finale contre Kevin Anderson à Vienne (6-4, 7-6) la semaine dernière. Surtout, le Russe a été la caricature de lui-même, oscillant entre coups de génie et coups de gueule sur fond d'un mental vraiment défaillant. Daniil Medvedev a pour principal démon lui-même et a dû réussir à le combattre avant de rallier Paris.

En manque de confiance et sans parvenir à contenir correctement ses émotions, celui qui compte 8 titres sur le circuit ATP, dont les Masters 1000 de Cincinnati et Shanghai, a bénéficié de circonstances favorables avec l'abandon de Kevin Anderson dès son entrée en lice ici au Rolex Paris Masters. Malmené par Alex De Minaur au premier set, Medvedev s'est repris par la suite et a démontré toute l'étendue de ses facultés lorsqu'il se sent bien. Incroyable contre Schwartzman (pourtant en excellente forme aussi sur le score de 6-3, 6-1), le Russe a su contenir les assauts de Milos Raonic lors de la demi-finale (6-4, 7-6). Contre un Zverev en excellente forme, l'opposition face à Medvedev, qui monte en puissance, risque de faire des étincelles.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.