Yannick Noah gêné par "le silence" des sportifs blancs

Yannick Noah gêné par "le silence" des sportifs blancs©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le lundi 08 juin 2020 à 09h08

Invité à réagir à la prise de position de certains sportifs français après la mort de George Floyd, l'ancien tennisman a estimé que cette "injustice devrait sensibiliser tout le monde".



Alors que le monde du sport continue à se mobiliser après le décès de George Floyd, cet Afro-Américain de 46 ans dont la mort, après son interpellation par la police de Minneapolis, a déclenché à travers la planète de nombreuses manifestations pour protester contre les discriminations faites aux noirs et les violences policières, Yannick Noah a longuement évoqué le sujet dimanche soir sur France 2..

"Des affaires plus ou moins étouffées"

Questionné par Laurent Delahousse sur les prises de position de Kylian Mbappé, Jo-Wilfried Tsonga ou encore Gaël Monfils, qui, comme Noah, ont affiché leur solidarité sur les réseaux sociaux, le vainqueur de Roland-Garros 1983, a répondu ceci : "C'est bien que les jeunes s'en occupent mais moi ce qui me gêne c'est que ce sont tous des métis ou des noirs. C'est une injustice qui devrait sensibiliser tout le monde, a-t-il expliqué. Il y a eu des fois des affaires plus ou moins étouffées. Je suis certains que les policiers en général font très bien leur travail, mais les brebis galeuses des fois on les a un peu soutenues."


Interrogé sur le rôle "des sportifs blancs", Noah a estimé qu'ils devaient également s'engager pour cette cause : "Oui, parce que leur silence me gêne, ça va plus loin que ça." Celui qui vient de fêter ses 60 ans a ensuite voulu faire preuve d'optimisme : "Ce qui me rassure en tant que métis, c'est que, assez rapidement, on parle d'injustice. Oui, c'est un noir, ça arrive depuis toujours, mais là tout d'un coup, il y a aussi les jeunes blancs, une jeune génération qui réalisent qu'il s'agit de leur avenir à eux, ils ne veulent pas vivre dans ce monde-là."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.