Wimbledon (H) / Nadal : " J'aurais pu m'arrêter jusqu'à la fin de l'année "

Wimbledon (H) / Nadal : " J'aurais pu m'arrêter jusqu'à la fin de l'année "©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le dimanche 30 juin 2019 à 09h45

Dans un long entretien accordé à L'Equipe, Rafael Nadal revient sur ses nombreux doutes qui auraient pu le pousser à mettre un terme prématuré à sa saison 2019. Le Majorquin se projette également sur Wimbledon, qui commence lundi.

L'Espagnol a bien failli ne pas aller au terme de cette saison 2019. Dans un entretien accordé à L'Equipe, Rafael Nadal (33 ans) revient sur son quotidien de ces derniers mois, marqué par une accumulation de blessures. Il aurait même pu être incité à mettre un terme prématuré à sa saison, soit dès avril. En effet, le 24 avril, pris d'une migraine à Barcelone, il a sérieusement pensé à ne pas se rendre aux Internationaux de France puis à zapper le reste de cette saison. Cette hésitation n'a finalement été que de courte durée et le numéro deux mondial a ensuite décidé de poursuivre, malgré les doutes : « Au cours des mois précédents, j'avais été débordé, submergé, par mes problèmes physiques. Avec des douleurs plus fortes que celles auxquelles j'avais été habitué. C'était tout simplement devenu trop compliqué de profiter de mon sport. Et si tu ne peux pas « vivre » ton sport avec cette espèce de folie, ce supplément de passion, alors il perd son sens profond. Moi, en tout cas, je ne le percevais plus. »

Nadal : « J'ai toujours bien joué sur herbe »

Un mois et demi après, le Majorquin a remporté son douzième Roland-Garros. Au lendemain de cette nouvelle victoire incroyable contre Dominic Thiem en finale (6-3, 5-7, 6-1, 6-1), Nadal avait déjà fait part de ses doutes passés aux médias espagnols. Auprès du quotidien français, l'Espagnol n'hésite également pas à dire : « J'ai pensé à faire une pause mais jamais à arrêter le tennis. » A la veille de Wimbledon, le Majorquin fait également un point sur ses chances pour ce troisième Grand Chelem de l'année, alors qu'il en est l'un des favoris, avec Novak Djokovic et Roger Federer : « J'ai toujours bien joué sur herbe quand mes genoux ont répondu présent. Il y a eu cette période noire (entre 2012 et 2016) où c'était compliqué de démarrer, où je manquais de vitalité au niveau du genou. Sur gazon, si tu ne peux pas prendre tes appuis en confiance, c'est impossible de jouer. Depuis que j'ai récupéré cette confiance-là, depuis que mon genou peut supporter tout cela à nouveau, je sais que je peux toujours perdre au premier tour à Wimbledon mais je sais aussi que de nombreuses possibilités s'offrent à moi sur cette surface. Je pense que lors des deux dernières éditions, j'ai eu les options pour aller au bout. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.