Toronto - Tsitsipas : " J'ai vraiment faim de plus "

Toronto - Tsitsipas : " J'ai vraiment faim de plus "©Media365
A lire aussi

Sylvian Baudry, publié le lundi 13 août 2018 à 14h15

Stefanos Tsitsipas a montré toute l'étendue de son talent lors du Masters 1000 de Toronto, malgré sa défaite en finale, dimanche, contre Rafael Nadal (6-2, 7-6 (4)). Le jeune Grec ne veut pas s'arrêter là.

Tout le monde n'a pas découvert le talent de Stefanos Tsitsipas la semaine dernière à Toronto. Mais sa faculté à surprendre quatre membres du top 10 d'affilée pour arriver en finale a retenu l'attention. Dominic Thiem, puis Novak Djokovic, Alexander Zverev et enfin Kevin Anderson ont ainsi fait les frais d'un Tsitsipas en état de grâce. « Je ne pouvais pas rêver mieux que de battre tous ces joueurs aussi bien classés et de jouer un tennis extraordinaire », assure-t-il tout sourire. « J'ai toujours pensé que ça me prendrait plus de temps pour y arriver. Mais j'ai travaillé dur et ce n'est pas une surprise pour moi. Je pense avoir le jeu pour rivaliser avec ces joueurs », a assuré le Grec après sa finale perdue face à Rafael Nadal (6-2, 7-6 (4)).

« Moins compliqué qu'il n'y paraît »


Ce Masters 1000 aura eu l'effet d'un déclic pour celui qui a fêté ses 20 ans dimanche : « Désormais, je comprends que c'est moins compliqué qu'il n'y paraît. Je dois juste croire en moi et être confiant avant d'affronter ces gars (ceux du top 10). Donc je ne suis pas surpris d'être arrivé en finale ici. Après tout, j'ai juste fait mon job... J'ai vraiment faim de plus. Je crois que je peux faire bien plus encore cette saison. » Quinzième mondial ce lundi matin, il mesure tout de même la marge qui le sépare encore du très haut niveau, celui que peut atteindre Rafael Nadal en finale d'un Masters 1000, par exemple : « Il ne craque jamais. Il vous attrape toujours comme un bulldog... et vous fait souffrir sur le court. C'est exceptionnel ce qu'il a construit en tant que joueur. Je veux dire, il était sans doute « normal », comme vous et moi, mais a réussi à se transformer en cette bête de victoires, ce monstre qu'il a été sur cette finale. » 168eme à l'ATP il y a encore un an, le natif d'Athènes a déjà réalisé une sacrée progression. Mais les derniers paliers menant aux succès dans les grands tournois seront les plus durs à franchir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.