Mikael Pernfors, Roland-Garros 1986 et Genesis

Mikael Pernfors, Roland-Garros 1986 et Genesis©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le samedi 10 octobre 2020 à 22h31

L'ancien tennisman suédois Mikael Pernfors a évoqué ses souvenirs de Roland-Garros et livré une anecdote inattendue au sujet d'une fête avec le groupe Genesis.


Mikael Pernfors, cela vous dit quelque chose ? Pour les plus jeunes, probablement pas. En revanche, pour les natifs des années 1970, au moins, voire des années 80, cela peut évoquer quelques souvenirs. Mais si, souvenez-vous, ce joueur suédois qui avait atteint la 10eme place mondiale en septembre 1986, année qui l'avait vu atteindre la finale à Roland-Garros. Alors, vous remettez ? Tombeur notamment durant le tournoi de Martin Jaite, Boris Becker et Herni Leconte, Pernfors était alors tombé en trois sets devant le maitre des lieux d'alors, Ivan Lendl (6-3, 6-2, 6-4).

Pernfors : « Tout le monde était pour » Leconte

« Bon je n'étais pas si près de le gagner même si je suis arrivé jusqu'en finale. Quand j'ai battu Becker (en quarts de finale), tout a changé par rapport au public, aux médias, se souvient le Suédois dans L'Equipe. Et puis il y a eu la demi-finale contre Henri Leconte (victoire en quatre sets). Tout le monde était pour lui. Heureusement, quand j'étais à l'université de Géorgie (États-Unis), j'avais vécu le fait de jouer dans un stade où personne ne va vous encourager en participant pendant deux ans aux NCAA (Championnat national universitaire). Il n'y avait pas beaucoup de spectateurs mais c'était des étudiants de 18 ans, ils étaient très bruyants et très malpolis envers les joueurs de l'équipe adverse. Après le match contre Henri, on m'a demandé ce que ça faisait de jouer avec des milliers de spectateurs contre soi. Et j'ai répondu que j'avais joué à Clemson University devant 250 personnes, et que c'était bien pire ».

« Après le concert, on a réussi à aller backstage et on a fait la fête avec Genesis ! »

Aujourd'hui âgé de 57 ans, l'ancien droitier au revers à deux mains, vainqueur de trois titres sur le circuit ATP, livre aussi une anecdote savoureuse sur une fête au cours du Wimbledon 1987. « En 1987, je joue contre Connors à Wimbledon en huitièmes de finale. Je mène 6-1, 6-1, 4-1 sur le Centre Court et je finis par perdre le match en cinq sets (1-6, 1-6, 7-5, 6-4, 6-2). Même si j'avais tellement bien joué que j'étais heureux d'avoir fait un match comme celui-là sur le Centre Court, quand je suis arrivé dans le vestiaire, j'étais très déçu. Mais je suis allé faire du shopping puis, avec d'autres joueurs suédois, on s'est retrouvés pour aller à Wembley voir Genesis en concert. Après le concert, on a réussi à aller backstage et on a fait la fête avec Genesis ! J'aurais pu rentrer dans ma chambre d'hôtel et ruminer ma défaite. J'avais choisi de sortir avec mes amis et ça a été une des meilleures soirées de ma vie. J'ai encore la chair de poule en vous en parlant ! » Incroyable, non ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.