Les révélations de Noah sur le racisme

Les révélations de Noah sur le racisme©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 23 novembre 2020 à 17h31

Percer au plus haut niveau en France dans les années 80, la performance était exceptionnelle pour Yannick Noah qui rappelle les circonstances de l'époque et les épreuves qu'il a dû subir en raison de ses origines.



Yannick Noah a été longuement interviewé par Manu Katché, sur la thématique de la diversité et des problématiques de racisme. "Dès le premier jour de mon sport-études en France, on m'a appelé Bamboule", révèle le vainqueur de Roland-Garros 1983, sans s'offusquer de l'attitude de ses camarades puisqu'il y voyait un surnom "naturellement bienveillant". "J'ai pensé que si je voulais qu'on arrête de m'appeler comme ça, il fallait que je gagne des matchs. Que je règle ça sur le court. Alors je me suis entraîné plus que tout le monde, j'ai enchaîné les heures d'entraînement seul, le matin et le soir. Le week-end aussi, quand les autres étaient rentrés chez eux, j'étais seul et je m'entraînais."

"Sale négro, un peu de modestie. Tu seras battu au premier tour"

Après être né et avoir vécu à Sedan, où son père Zacharie était footballeur professionnel, sa famille était rentrée au Cameroun et Yannick Noah est donc revenu seul en France. Même à la suite de sa victoire à Roland-Garros, il a reçu une lettre "Par pitié, enlevez ces crottes que vous avez sur la tête !" en référence à ses dreadlocks : « Sans doute un jaloux, peut-être un chauve... Il aurait mieux fait de se payer une perruque ! J'ai aussi reçu, écrit à la main sous un article où je disais que je voulais gagner le tournoi, 'Sale négro, un peu de modestie. Tu seras battu au premier tour.' Tout ça m'a appris à me débrouiller seul. Mais je n'ai pas voulu basculer dans le ressentiment, la victimisation. Je me suis toujours dit : prends les coups, encaisse, ce n'est pas la peine de te venger, mais montre que tu peux y arriver."

En rappelant aussi ses états de fait : "J'ai fait chanter la Marseillaise plus que vous tous réunis, mec ! Et j'entends 'Rentre chez toi'." Yannick Noah, personnalité préférée des Français durant neuf années consécutives en pleine carrière musicale - de 2005 à 2013 -, a également remporté trois fois la Coupe Davis en tant que capitaine à 26 ans d'intervalle (1991, 1996 et 2017), ainsi que la Fed Cup avec les filles (1997).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.