Dubaï : Monfils ne s'arrête plus, Federer sans convaincre

Dubaï : Monfils ne s'arrête plus, Federer sans convaincre©Media365
A lire aussi

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 27 février 2019 à 18h04

Kei Nishikori, tête de série n°1 du tournoi de Dubaï, est tombé de haut ce mercredi dès les huitièmes de finale face à l'inconnu polonais de 22 ans Hubert Hurkacz, 77eme mondial. Le Japonais, victorieux de Benoît Paire au premier tour, s'incline en trois sets (7-5, 5-7, 6-2). De son côté, Roberto Bautista Agut a cédé sa couronne, battu par Nikoloz Basilashvili (6-7, 6-4, 6-3). Pour Gaël Monfils, l'aventure continue, après sa victoire nette contre Baghdatis (6-3, 6-2). Stefanos Tsitsipas et Roger Federer, vainqueur sans la manières de Fernando Verdasco, seront aussi au rendez-vous des quarts de finale.

Sept à la suite pour Monfils ! Le Français s'est imposé contre Marcos Baghdatis ce mercredi en huitièmes de finale du tournoi de Dubaï (6-3, 6-2). Il signe avec ce succès une septième victoire de rang, dix jours après avoir remporté l'ATP 500 de Rotterdam. Après s'être offert Marin Cilic, pourtant tête de série n°3, avec une bulle à la clé au troisième set, Monfils n'a cette fois pas eu à forcer. Après s'être fait peur en perdant sa mise en jeu à 2-2, le Parisien a enchaîné quatre jeux consécutifs pour prendre la première manche (6-3). Dans le second set, le Français n'a cette fois pas tremblé, avec un taux de premier service beaucoup plus important (57% dans la première manche, 77% dans la deuxième). L'autre élément majeur en faveur de Monfils a été son réalisme quasi-chirurgical. Alors que Baghdatis n'a pas été en mesure de gagner l'une de ses quatre balles de break dans le second set, le 23eme mondial a su double-breaker son adversaire... sur ses deux seules possibilités. En quarts de finale, "La Monf"', officiellement numéro 1 français de nouveau depuis mercredi, devra se méfier de Ricardas Berankis, issu des qualifications et hauteur d'une performance de taille au premier tour en éliminant Daniil Medvedev.

Federer en deux temps

Comme la veille contre Philipp Kohlschreiber, Roger Federer a perdu un set en route. Mais vu l'hécatombe qui touche les favoris, la qualification est ce qu'il y a de plus important. Face à Fernando Verdasco (6-3, 3-6, 6-3), le Suisse avait pourtant bien commencé. Un jeu blanc a donné le rythme d'une première manche rondement menée. Roger pouvait construire les échanges sur une très bonne première balle et a breaké son adversaire durant le seul jeu où il a eu cette opportunité. En ouverture de la deuxième manche, le natif de Bâle n'a pas réussi à convertir une balle de break et il s'est fait prendre son service dans la foulée. Un retard que le 7eme mondial n'a jamais réussi à rattraper. La faute à un Espagnol qui a enfin trouvé son rythme dans l'échange. Dans la troisième manche, Federer a miraculeusement sauté son service à 1-1. En difficulté sur son service au contraire de Verdasco, Federer a peiné à repousser les assauts du 32eme mondial. Mais il a suffi d'un déclic. A 3-3, le joueur de 37 ans a facilement gagné son service. Dans la foulée, l'ex-numéro 1 mondial a obtenu une balle de break, la seule pour lui dans le set décisif. Il l'a convertie d'un smash rageur au bout du plus long échange de la partie. Verdasco a alors lâché, ne marquant pas un seul point dans le dernier jeu. Marton Fucsovics sera le prochain obstacle sur la route du 100eme titre ATP de Federer. Le Hongrois a triomphé de l'Autrichien Jan-Lennard Struff (6-4, 6-2).

Nishikori surpris par Hurkacz

Les jours passent et les têtes continuent de tomber à Dubaï... Après Marin Cilic ou encore Daniil Medvedev, c'est tout simplement la tête de série n°1 du tournoi qui est tombée ce mercredi en huitièmes de finale. Kei Nishikori s'est en effet fait surprendre par Hubert Hurkacz, 77eme joueur mondial et jeune inconnu polonais de 22 ans, en trois manches (7-5, 5-7, 6-2). Une prestation totalement inconsistante de la part du Japonais, qui a perdu sa mise en jeu à six reprises sur les trois sets et a proposé une qualité de tennis très faible par moment. Après une première manche perdue tout en ayant obtenu le premier break, le numéro 6 mondial s'était repris pour s'offrir un double break (4-0) dans la deuxième manche. Un retour à niveau qui laissait présager une issue favorable pour le natif de Matsue. Mais l'éclaircie fut de courte durée et malgré le gain du deuxième set, c'est Hurkacz, totalement décomplexé et reparti de plus belle dans le dernier set, qui s'est offert la première sensation du jour en 2h05. La plus belle dans sa jeune carrière pour ce Polonais qui n'avait encore jamais accroché de membre du Top 10 à son tableau de chasse jusqu'à maintenant. Au prochain tour, il pourrait s'offrir un autre ténor du circuit, en la personne de Stefanos Tsitsipas. Le récent vainqueur à Marseille n'a pas tremblé face au modeste biélorusse Egor Gerasimov (6-3, 6-1). La tête de série numéro 5 du tournoi a fait respecter la logique, une chose bien rare à Dubaï cette semaine. En surclassant le 155eme mondial dans tous les domaines du jeu, le Grec a plié le match en moins d'une heure. En passant les huitièmes de finale au contraire de certaines têtes d'affiche et en proposant un tennis séduisant depuis le début de la saison, le joueur de 20 ans devient un prétendant sérieux au sacre en fin de semaine.

Bautista Agut, tenant du titre hors jeu 

Roberto Bautista Agut abandonne sa couronne. L'Espagnol a cédé son titre dès les huitièmes de finale ce mercredi, battu par Nikoloz Basilashvili en 2h14 (6-7, 6-4, 6-3). "RBA" s'était pourtant un premier set particulièrement serré, qui avait vu le Géorgien tenir son service contre vent et marées, notamment à 2-2, sauvant quatre balles de break, avant de plier dans les grandes largeurs durant le jeu décisif (7-2). Mais, pas démobilisé pour un sou, le natif de Tbilissi a fait preuve de caractère pour égaliser dans la deuxième manche malgré un taux relativement faible de premières balles (50%). Le troisième set aura, lui, été beaucoup moins partagé : le tenant du titre a perdu son service à 2-2, après avoir déjà sauvé sa mise en jeu dès le premier jeu du set. Basilashvili confirme ses bonnes dispositions dans les pays du Golfe en 2019 : à Doha, il avait déjà inquiété Noval Djokovic, poussant le n°1 mondial à disputer un troisième set. Sans "Nole" cette fois, le Géorgien affrontera Coric en quarts de finale. Le Croate a retourné une situation bien mal embarquée contre Berdych (1-6, 6-1, 7-6). Inexistant dans un premier set où il a été mené 5-0, le 13eme mondial s'est ensuite venger pour revenir à hauteur et a eu les nerfs solides pour préserver sa mise en jeu tout au long du troisième set afin de s'adjuger la rencontre dans le tie-break.

DUBAI (Emirats Arabes Unis, ATP 500, dur, 2 413 117€)
Tenant du titre : Roberto Bautista Agut (ESP)



2eme tour
Hurkacz (POL) bat Nishikori (JAP, n°1) : 7-5, 5-7, 6-2
Tsitsipas (GRE, n°5) bat Gerasimov (BIE, Q) : 6-3, 6-1
Monfils (FRA) bat Baghdatis (CHY, WC) : 6-3, 6-2
Berankis (LIT, Q) bat Kudla (USA) : 6-4, 6-1

Coric (CRO, n°6) bat Berdych (RTC) : 1-6, 6-1, 7-6 (4)
Basilashvili (GEO) bat Bautista Agut (ESP) : 6-7, 6-4, 6-3
Fucsovics (HUN) bat Struff (ALL) : 6-4, 6-2
Federer (SUI, n°2) bat Verdasco (ESP) : 6-3, 3-6, 6-3

1er tour
Nishikori (JAP, n°1) bat Paire (FRA) : 6-4, 6-3
Hurkacz (POL) bat Moutet (FRA, Q) : 6-3, 7-5
Gerasimov (BIE, Q) bat Haase (PBS) : 7-6, 7-6
Tsitsipas (GRE, n°5) bat Ebden (AUS) : 6-4, 3-6, 6-3

Monfils (FRA) bat Cilic (CRO, n°3) : 6-3, 4-6, 6-0
Baghdatis (CHY, WC) bat Safwat (EGY, WC) : 4-6, 6-3, 6-4
Kudla (USA) bat Berrettini (ITA) : 2-6, 7-5, 7-5
Berankis (LIT, Q) bat Medvedev (RUS, n°8) : 6-3, 6-3

Coric (CRO, n°6) bat Vesely (RTC, LL) : 7-5, 3-6, 7-6 (4)
Berdych (RTC) bat Ivashka (BIE, LL) : 6-4, 4-6, 7-6 (4)
Bautista Agut (ESP) bat Ramanathan (IND, WC) : 6-4, 6-3
Basilashvili (GEO) bat Khachanov (RUS, n°4) : 6-4, 6-1

Struff (ALL) bat Raonic (CAN, n°7) : 6-4, 5-7, 6-4
Fucsovics (HUN) bat Dzumhur (BIH) : 6-1, 7-6 (5)
Verdasco (ESP) bat Fabbiano (ITA, Q) : 3-6, 6-3, 6-2
Federer (SUI, n°2) bat Kohlschreiber (ALL) : 6-4, 3-6, 6-1

Vos réactions doivent respecter nos CGU.