De Minaur mis en cause dans une enquête sur des faux pass sanitaires

De Minaur mis en cause dans une enquête sur des faux pass sanitaires©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 18 février 2022 à 11h08

Alors que la police espagnole a démantelé un réseau de faux pass sanitaires, l'Australien Alex de Minaur, dont le nom apparaît dans cette enquête, a tenu à apporter un démenti.



La police nationale espagnole a terminé cette semaine la deuxième phase de l'opération "Jenner", et démantelé un vaste réseau délivrant des faux certificats de vaccination contre le Covid-19. Et le quotidien El Pais dévoile qu'ont été identifiés, comme clients présumés, "des sportif professionnels, des mannequins, des chanteurs, des hommes d'affaires, des avocats et des criminels". Les noms des acteurs espagnols Veronica Echegui et Alex Garcia sont notamment sortis, comme celui du tennisman australien Alex de Minaur. Le joueur de 23 ans, qui pointe au 32e rang du classement ATP et qui avait dû déclarer forfait pour les Jeux de Tokyo en raison d'un test positif au coronavirus, a tenu à apporter un démenti sur Twitter.

"Salut à tous. Je voulais vous écrire un court message pour dissiper tout malentendu après l'information parue dans les médias espagnols sur mon certificat de vaccination, écrit-il. J'ai reçu ma première dose de vaccin à Londres l'été dernier, et la seconde à l'hôpital La Paz de Madrid. Selon les informations sorties aujourd'hui, cet hôpital fait l'objet d'une enquête pour avoir fourni des certificats Covid falsifiés à certains de ses patients. Je veux que ça soit clair à 100% : j'ai bien reçu ma deuxième injection, et mon carnet de vaccination est vrai, valide et en règle. Tout le monde autour de moi, y compris ma famille, est complètement vacciné. Je ne fais en aucun cas l'objet d'une enquête comme cela a pu être suggéré, et mon nom est simplement lié à cette histoire parce que j'ai été un patient de cet hôpital, comme des milliers d'autres personnes." Alors que plus de 2000 personnes sont suspectées d'avoir obtenu leur pass sanitaire de manière frauduleuse, onze ont été interpellées pour faux ou usage de faux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.