ATP/WTA - Madrid : L'arbitrage vidéo utilisé pour la première fois sur terre battue

ATP/WTA - Madrid : L'arbitrage vidéo utilisé pour la première fois sur terre battue©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le mardi 04 mai 2021 à 16h35

Alors que la marque laissée par la balle sur le court est le plus souvent utilisé pour juger des balles litigieuses, le tournoi de Madrid expérimente pour la première fois l'arbitrage vidéo avec le système Foxtenn, qui est utilisé pour la première fois dans un tournoi d'une telle importance.



C'est l'aboutissement de plusieurs années de développement. Si vous suivez les rencontres du tournoi de Madrid, vous ne pouvez pas avoir manqué ces boites noires placées au pied du filet et au niveau des lignes sur le Court Manolo-Santana. Elles sont le symbole du système « Electronic Line Calling » mis au point par la société espagnole Foxtenn, principal concurrent de la société Hawk-Eye, pionnier de l'arbitrage électronique en tennis et utilisé par l'essentiel des tournois des circuits ATP et WTA. Alors que cette expérimentation était déjà prévue pour l'édition 2020 du tournoi, l'annulation de cette dernière a décalé d'un an ce moment tant attendu par Javier Simon, fondateur de Foxtenn. Alors que le système Hawk-Eye utilise des caméras à haute vitesse, 1000 images par seconde, pour reproduire via ordinateur la trajectoire de la balle, le système Foxtenn fonctionne différemment. En effet, ce sont pas moins de 40 caméras haute vitesse, à 3000 images par seconde, placées au niveau du sol, fonctionnant de manière synchronisée avec l'aide de lasers qui permettent de voir les images réelles du rebond de la balle.

Foxtenn pousse pour être utilisé à Roland-Garros

Récemment interrogé par le quotidien espagnol As, Javier Simon a pointé du doigt le fait que « la technologie traditionnelle semblait très précise, mais nous savions qu'elle pouvait faire des erreurs importantes, du fait d'un système de calcul basé sur une estimation », visant directement son concurrent. « Nous pensions que le tennis méritait d'avoir plus de vérité. Nous sommes présents dans plus de 30 tournois et maintenant nous venons sur terre battue, a ajouté le patron de Foxtenn. Les erreurs d'estimation sont produites par des variations dues à la particularité d'une surface instable, des pas, du vent, etc ... L'empreinte ne reflète pas non plus avec précision le moment exact du rebond de la balle. » N'hésitant pas à affirmer que son système « doit être mis en œuvre sur tout le circuit », Javier Simon pose la question de son utilisation dans le dernier tournoi du Grand Chelem qui fait de la résistance. « Roland-Garros devrait se demander s'il dispose d'une technologie précise ou une technologie qui peut conduire à des erreurs et poser des problèmes aux juges de lignes », tonne l'entrepreneur espagnol. C'est aux dirigeants de la FFT de répondre, eux qui utilisent le système hawk-eye pour enrichir la diffusion des matchs et non à des fins d'arbitrage vidéo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.