ATP - Tsonga : "Mes douleurs, normalement, arrivent à 70 ans"

ATP - Tsonga : "Mes douleurs, normalement, arrivent à 70 ans"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, publié le mardi 12 janvier 2021 à 20h53

Après un an sans jouer, Jo-Wilfried Tsonga voit "le bout du tunnel". Le Français, toujours sixième joueur national (60eme mondial), explique ses derniers déboires physiques. Et prend aussi le temps, déjà, de revenir sur le passé.



Jo-Wilfried Tsonga s'est confié à l'occasion d'un podcast pour Eurosport, expliquant notamment que ses douleurs au dos encore décelées en fin de saison 2019 "arrivent normalement à 70 ans, pas à 35 ans". L'ancien n°5 mondial (en 2012) l'assure, il n'a "pas envie d'arrêter" : "Quand je me lève le matin, je suis tout excité rien qu'à l'idée de mettre mon grip. Je sens que je vais encore vibrer, qu'il va se passer des choses... Je vois le bout du tunnel, je m'entraîne tous les jours - parfois avec Gael Monfils - et j'ai perdu dix kilos." Néanmoins, il ne sait pas encore quand il rejouera, lui qui n'a plus disputé un match depuis son premier tour de l'Open d'Australie perdu il y a près d'un an face à Alexey Popyrin. Mené deux sets à un (6-7, 6-2, 6-1), il avait abandonné.

"Je jouerai jusqu'à ce que la flamme s'éteigne, mais une chose est sûre : si je repasse par ces doutes et ces douleurs, oui, j'arrêterai." Invité à effectuer un rapide bilan de sa carrière, le Manceau n'a "aucun goût amer quant au comportement des gens" : "J'ai joué avec des monstres, presque les quatre plus grands de tous les temps ! J'en suis fier, mais j'aurais adoré qu'ils n'existent pas (rires)." En plus de Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic, celui qui est encore 60eme mondial grâce au gel du classement (à cause de la pandémie de coronavirus) veut ainsi parler d'Andy Murray, qui a dominé en 2016. Jo-Wilfried Tsonga reste le dernier joueur français à avoir atteint la finale d'un tournoi du Grand Chelem, battu en 2008 par Novak Djokovic en Australie (4-6, 6-4, 6-3, 7-6).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.