ATP - Queen's : Kyrgios dans ses œuvres

ATP - Queen's : Kyrgios dans ses œuvres©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 21 juin 2019 à 07h25

Battu au deuxième tour du tournoi ATP du Queen's, Nick Kyrgios a une nouvelle fois fait parler de lui en s'en prenant à un juge de ligne, à l'arbitre de son match face à Roberto Carballes Baena puis aux spectateurs de son duel face à Félix Auger-Aliassime

Forfait à Roland-Garros après avoir dénigré le tournoi du Grand Chelem, Nick Kyrgios n'a pas tardé à sortir de l'ordinaire. Présent au Queen's pour préparer le tournoi de Wimbledon, l'Australien s'est fait remarquer à l'occasion des deux matchs qu'il a dû disputer ce jeudi sur le gazon londonien. Tout a commencé lors de son match du premier tour face à l'Espagnol Roberto Carballes Baena. L'Australien, mécontent de la décision d'un juge de ligne sur un service de son adversaire, a alors menacé de rééditer sa performance de Rome, c'est-à-dire quitter le court avant la fin du match. « La balle était faute de ça. Je m'en vais. Je ne vais pas me donner à 100% quand j'ai des juges de ligne qui truquent le jeu, a alors pesté Nick Kyrgios. Je ne veux pas jouer. » Dans la foulée, le natif de Canberra s'est tourné vers le court voisin pour regarder quelques échanges du match opposant Kevin Anderson à Gilles Simon.

Kyrgios : « L'arbitre sait que je vais devenir fou »

A l'issue de la journée, Nick Kyrgios n'avait pas digéré ce qu'il considère comme une erreur d'arbitrage que l'arbitre de chaise n'a pas corrigée. « Dans le contexte, il sait que je vais riposter. Tous les arbitres le savent. Ils en parlent, bien sûr. Ils savent que je ne serai jamais le genre d'homme qui recevra une mauvaise décision et qui la laissera passer, a déclaré l'Australien en conférence de presse. Je ne pense pas qu'ils sont assez punis, assez sanctionnés s'ils prennent une mauvaise décision. Et l'arbitre sait que je vais devenir fou. Il le sait au fond de lui-même s'il n'annule pas cette balle. Si vous êtes assis sur la chaise et que vous ne changez pas, c'est que vous ne faites pas votre travail correctement. » Un arbitre de chaise, Fergus Murphy, qui a également été la cible du courroux de Nick Kyrgios, qui n'a pas hésité à se moquer ouvertement de lui. « C'est une blague, mec. Comme ton chapeau ridicule, a déclaré sur le court le 39eme joueur mondial. Il ne fait même pas beau. »

Kyrgios : « Je dois faire face à des arbitres idiots et à des idiots dans la foule »

Malgré ses déboires, Nick Kyrgios a su se défaire de Roberto Carballes Baena pour rejoindre Félix Auger-Aliassime au deuxième tour. Mais, face au Canadien, les malheurs de l'Australien ont continué. Face à son comportement, le public présent au bord du court n'a pas hésité à siffler le natif de Canberra, ce qui n'a visiblement pas plu à ce dernier qui s'est montré injurieux envers le public. Interrogé en conférence de presse sur le sujet, l'Australien n'a pas émis de regrets. « Ils me regardent tous. Incroyable. Ils m'ont vu tomber. J'ai été par terre combien de temps ? Deux minutes ? Vous avez des gens qui vous huent, vous traitent de tous les noms. Qu'est-ce que vous feriez, s'est exclamé Nick Kyrgios. Je joue avec mon cœur et je dois faire face à des arbitres idiots et à des idiots dans la foule. Qu'est-ce que tu veux de moi, mec ? Bien sûr que je vais riposter. Je ne suis pas le genre de gars qui va s'échapper. » Mais s'il y a une chose pour laquelle Nick Kyrgios ne peut s'en prendre qu'à lui-même, c'est avoir joué aux jeux vidéo jusque tard dans la nuit...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.