ATP : Le projet de compétition par équipes relancé ?

ATP : Le projet de compétition par équipes relancé ?©Media365

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 21 juin 2018 à 22h56

Alors que la hache de guerre avait été enterrée entre l'ITF et l'ATP, le président de la Fédération Qatarienne de tennis a fait une offre pour relancer le projet de compétition par équipes porté par le syndicat des joueurs.

Le tennis professionnel, notamment masculin, vit une période troublée. La lutte intestine entre l'ATP, syndicat des joueurs qui gère le circuit professionnel, et l'ITF, la Fédération Internationale de tennis, a été récemment matérialisée par le conflit autour de la réforme de la Coupe Davis. Face à une compétition centenaire qui peine à se moderniser, le patron de l'ATP Chris Kermode avait lancé l'idée de relancer la World Team Cup, compétition masculine par équipes organisée chaque année jusqu'en 2012 comme épreuve préparatoire à Roland-Garros. L'idée était de programmer cette compétition, rémunératrice en argent et en points au classement ATP, en amont de l'Open d'Australie, début janvier, soit quelques semaines après la phase finale d'une Coupe Davis revue de fond en comble sous l'impulsion, et grâce au financement, de Gerard Piqué mais sans valeur pour le classement mondial.

Un homme semble avoir changé la donne


Ces deux projets concurrents ont échauffé les esprits entre ceux, dont Roger Federer et un grand nombre de cadors du circuit, partisans de la position de l'ATP, et ceux qui croient encore à la Coupe Davis. Face à cela, tant Chris Kermode que David Haggerty, président de l'ITF, se sont résolus à parlementer pour aboutir à l'abandon du projet de réforme de la World Team Cup au bénéfice de la réforme de la Coupe Davis avec comme contrepartie le retour d'une distribution de points au classement ATP au cours de la compétition, ce qui n'était plus le cas depuis 2015. « Ça n'aurait aucun sens d'avoir deux épreuves par équipes, ce serait dément », avait même déclaré Chris Kermode à la BBC concernant les deux projets un temps concurrents. Mais, très récemment, comme l'assure le quotidien L'Equipe dans ses colonnes, la donne a visiblement changé et c'est un homme influent qui a bousculé l'échiquier : Nasser Al-Khelaifi.

Le Qatar mettrait 30 millions de dollars sur la table


Celui qui est plus connu comme étant le président du Paris Saint-Germain ou le grand patron du groupe beIN Media a une autre casquette, celle de président de la Fédération Qatarienne de tennis. Et c'est dans ce rôle qu'il a approché le patron de l'ATP pour relancer à nouveau le projet de refondation de la World Team Cup. Mais, s'il est toujours question de la jouer en début de saison, en amont de l'Open d'Australie, elle serait dès lors organisée... à Doha. Et l'argument massue de Nasser Al-Khelaifi est le suivant : un chèque de 30 millions de dollars, soit dix de plus que la proposition de la Fédération Australienne dans le projet initial mais loin des trois milliards sur 25 ans promis par Kosmos à l'ITF pour la nouvelle Coupe Davis. Cette nouvelle formule de la compétition viendrait alors remplacer le tournoi ATP 250 de Doha, organisé depuis un quart de siècle à une date comparable mais qui n'a jamais grimpé dans la hiérarchie des tournois, restant au plus bas niveau de l'échelle. Et c'est cette absence de reconnaissance de la part de l'ATP qui motive Nasser Al-Khelaifi, quitte à déstabiliser à nouveau le tennis mondial.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.