ATP : L'incroyable confession de Nadal avant la finale de Roland-Garros

ATP : L'incroyable confession de Nadal avant la finale de Roland-Garros©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le dimanche 27 décembre 2020 à 10h49

Carlos Moya, l'entraîneur de Rafael Nadal, a livré dans L'Equipe l'étonnante confession livrée par son protégé avant la finale de Roland-Garros survolée contre Novak Djokovic.



Malgré une saison quelque peu tronquée en raison de la crise sanitaire, Rafael Nadal a encore réussi à tirer son épingle du jeu en 2020 en raflant un des deux Grands Chelems qu'il a disputés. L'Espagnol s'est adjugé un 13eme Roland-Garros début octobre, rejoignant Roger Federer avec désormais 20 levées majeures au compteur. Cela n'a toutefois pas suffi pour être désigné Champion des champions de l'année par L'Equipe, comme cela avait été le cas l'an passé, en 2017 (avec Federer), 2013 et 2010.

Moya : « Peu importe le froid, les balles, l'absence de public, c'est chez lui »

Nadal a été cette fois nettement devancé par Lewis Hamilton, champion du monde de Formule 1 pour la septième fois. Mais il ne s'en émouvra sans doute guère, tant son sacre à Roland-Garros est arrivé avec un énorme ravissement à travers une année très particulière. « Rafa a passé deux mois sans toucher une raquette de tennis, de mi-mars à mi-mai. Quand on a recommencé à s'entraîner, il y avait des jours où l'on s'entraînait cinq minutes, des semaines où on s'entraînait un jour, puis pas le suivant », confie ainsi son entraîneur et ami Carlos Moya dans L'Equipe, dimanche, en évoquant les doutes de « Rafa » qui a vu réapparaitre un problème préoccupant au pied.


Mais Nadal est « chez lui » sur les courts en terre battue de la Porte d'Auteuil et il va y briller en fin septembre et début octobre. « Il y a des doutes parce qu'il n'a joué qu'un tournoi et pas forcément très bien. Et puis, c'est un Roland-Garros qui n'en est pas vraiment un, dans des conditions totalement différentes. Mais c'est le Philippe-Chatrier, son terrain, sa maison, son jardin. Peu importe le froid, les balles, l'absence de public, c'est chez lui », explique Moya qui livre ensuite une étonnante confession de son protégé avant la finale qu'il va finalement facilement remportée aux dépens de Novak Djokovic, écrabouillé en trois sets (6-0, 6-2, 7-5).

Et Nadal lâche : « Ça m'est égal, ça ne change rien, je vais gagner ce match »

« Quand on vient nous signifier, avant le match, que la finale se jouera en indoor, on se demande un peu comment on va annoncer cela à Rafa. À quinze minutes du match, Francisco Roig (co-entraîneur de Nadal) le lui dit. Et là, la réponse de Rafa a été : "Ça m'est égal, ça ne change rien, je vais gagner ce match". Jamais, Rafa ne m'avait dit une chose pareille avant un match ! Il savait qu'il ne faillirait pas. Nadal est une personne tellement humble. Ce n'était pas de l'arrogance, c'était une sensation de confiance, de sécurité », détaille Moya pour qui la « défaite la plus douloureuse de l'année » a été celle en demi-finale du Masters de Londres contre Daniil Medvedev. « Il n'avait jamais été aussi près de gagner le Masters que cette année », confesse l'ancien numéro 1 mondial.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.