ATP / Djokovic : " Dois-je être blâmé à tout jamais pour avoir fait une erreur ? "

ATP / Djokovic : " Dois-je être blâmé à tout jamais pour avoir fait une erreur ? "©Media365

Marie Mahé, publié le jeudi 20 août 2020 à 15h40

Actuellement à New York, Novak Djokovic s'est livré au New York Times. Le Serbe est notamment revenu sur l'Adria Tour, dont il était l'organisateur, qui avait finalement été annulé après la découverte de plusieurs cas positifs au nouveau coronavirus.

Actuellement à New York, Novak Djokovic s'apprête à prendre part à la reprise officielle du circuit ATP, interrompu à la mi-mars en raison de la pandémie de coronavirus qui continue d'ailleurs encore aujourd'hui de sévir à travers le monde. Après le Masters 1000 de Cincinnati (20 - 28 août), les joueurs enchaîneront ensuite avec l'US Open (31 août - 13 septembre). En attendant, le numéro un mondial en a profité pour se confier longuement dans les colonnes du New York Times. Djokovic n'a notamment pas pu échapper à la question concernant le fiasco de l'Adria Tour. Pour rappel, cette exhibition de tennis avait été arrêtée prématurément en raison de plusieurs cas de coronavirus chez les joueurs présents pour l'occasion, dont le Serbe lui-même : « Nous avons essayé de faire quelque chose avec de bonnes intentions. Oui, il y avait certaines étapes qui auraient pu être faites différemment, mais dois-je être blâmé à tout jamais pour avoir fait une erreur ? Je veux dire, si c'est le cas, alors je l'accepterais. Que ce soit juste ou non, dites-le moi, mais je sais que les intentions étaient justes et correctes et si j'avais la chance de refaire l'Adria Tour, je le ferais. »

Djokovic : « C'est comme une chasse aux sorcières »

A propos de la boîte de nuit où les joueurs se sont alors rendus lors de l'événement, le Serbe admet que cela ait pu choquer, même s'il reste sur sa position : « Je suis d'accord que les choses auraient pu être faites différemment dans la boîte de nuit. Les sponsors ont organisé ça, ils ont invité les joueurs. Nous nous sommes sentis à l'aise. Tout le monde était vraiment heureux et joyeux. Nous avons fait tout ce qu'ils nous ont demandé de faire et nous avons suivi les règles dès le premier jour. Quand quelqu'un d'Australie ou d'Amérique regarde ce qui se passe en Serbie, il se dit : « Oh mon Dieu, mais vous êtes fous ? Que font ces gens ? » Donc je comprends vraiment ce point de vue. Je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit de mal pour être honnête. Je suis désolé pour les personnes qui ont été infectées. Est-ce que je me sens coupable des infections en Serbie, en Croatie et dans la région ? Bien sûr que non. C'est comme une chasse aux sorcières. Comment pouvez-vous blâmer un individu pour tout ? »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.