ATP - Cologne 2 : Murray renonce

ATP - Cologne 2 : Murray renonce©Media365

Clément Pédron, publié le lundi 19 octobre 2020 à 13h35

Éliminé d'entrée la semaine dernière à Cologne, Andy Murray devait figurer au second tournoi de la ville, qui démarre ce lundi. À nouveau diminué par une blessure, l'Écossais a déclaré forfait.

Pas de Cologne 2 pour Andy Murray ! Après les Internationaux de France, l'ancien numéro 1 mondial avait mis le cap sur l'Allemagne avec l'envie de retrouver un peu de niveau et de tennis. Battu d'entrée la semaine dernière lors du premier tournoi de Cologne par Fernando Verdasco (6-4, 6-4), l'Écossais s'était également aligné sur le second. Il ne le verra même pas. À nouveau diminué par une tendinite au psoas gauche, au niveau de la ceinture pelvienne, Murray a annoncé son forfait au cours d'une vidéo postée dimanche sur son compte Facebook. « Ça va et ça vient depuis l'US Open, raconte Murray, battu en trois sets au 2eme tour par Félix Auger-Aliassime à New-York. J'ai essayé de le gérer à l'entraînement et en matchs mais malheureusement après ma rencontre ici, la douleur est revenue. Je me suis entraîné ces derniers jours en essayant de faire avec, mais après avoir joué quelques points aujourd'hui (dimanche), j'ai décidé que ce n'était pas suffisant pour jouer. »


Une longue et lente traversée du désert...

Andy Murray (33 ans) fait peine à voir et c'est tout le tennis qui pâtit de l'absence de l'ancien numéro 1 mondial. Son cas ne cesse d'interroger le circuit et la perspective qu'il puisse un jour se retirer volontairement par lassitude ou involontairement à cause d'une blessure, devient de plus en plus réelle. D'autant que l'Écossais ne cesse d'enchaîner les galères depuis ses deux opérations à une hanche qui l'ont amené à réfléchir à la suite de sa carrière à l'Open d'Australie en 2019, et même d'envisager la retraite. L'an passé, le Britannique est parvenu à revenir, timidement, en écoutant son corps mais aussi avec une volonté farouche de réintégrer un Top 100 avec lequel il flirte (113eme mondial). Son titre à Anvers, le premier depuis mars 2017, obtenu il y a un an contre Stan Wawrinka (3-6, 6-4, 6-4), l'avait revigoré.


Le phoenix renaissait alors enfin de ses cendres avant de finalement s'éteindre à nouveau, diminué par un corps qui semble avoir atteint ses limites. À Roland-Garros cette année, l'ancien triple vainqueur de Grand Chelem (2 Wimbledon et 1 US Open) semblait être remis d'aplomb, motivé à l'idée de retrouver le Suisse qui lui avait redonné du plaisir en 2019. La réalité fût tout autre et la correction infligée par Wawrinka (6-1, 6-3, 6-2) n'a fait rire personne. Pis encore, elle nous a rappelé quel déchirement pouvait constituer la décadence d'un virtuose de la raquette. Nul ne sait quoi qu'il en soit si on reverra un jour Andy Murray s'exprimer sur le court sans difficulté mais une chose est sûre : le Britannique garde au moins l'envie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.