ATP : Ce joueur qui n'hésite pas à parler ouvertement de sa dépression

ATP : Ce joueur qui n'hésite pas à parler ouvertement de sa dépression©Media365

Marie Mahé : publié le mercredi 03 mars 2021 à 14h40

L'ancien grand espoir du tennis australien Thanasi Kokkinakis, qui n'est pas loin des 25 ans, est tout récemment revenu sur sa dépression.



Il occupe aujourd'hui une anonyme 239eme place au classement ATP. Pourtant, l'Australien Thanasi Kokkinakis, passé professionnel en 2013, a occupé la 69eme place mondiale. Un début de carrière qui le plaçait alors parmi les grands espoirs du tennis mondial. Aujourd'hui, le tennisman, seulement treizième Australien, n'est pas loin de ses 25 ans. Des difficultés à s'imposer parmi le gratin, qui ont certainement une explication. En effet, il y a quelques temps désormais, le principal intéressé avait alors accepté de lever la voile sur sa dépression.

Kokkinakis : « La dépression était une chose réelle »

Tout récemment, Thanasi Kokkinakis, lors d'une interview accordée à un média et dans des propos rapportés par le site internet spécialisé We Love Tennis, est revenu encore plus en longueur sur le sujet : « La dépression était une chose réelle. Je rentrais dans les cafés et je ressentais une très grande anxiété et je me disais : « Je dois sortir d'ici. » Je devenais juste très nerveux, je pouvais sentir mon cœur battre. Des trucs vraiment étranges, des trucs que je n'avais jamais eu en grandissant. Aucune pensée positive ne me traversait jamais l'esprit et si elles le faisaient pendant une seconde, elles disparaissaient très vite. Je ne veux pas sonner complètement sombre ici parce que je vais bien maintenant. Mais oui, c'était assez sombre pendant un moment. C'était étrange. Vous ne pouvez pas voir de points positifs ni de bonnes choses au bout du tunnel. Je pense que seules les personnes qui ont vécu cela peuvent comprendre. Même s'il y a de bonnes choses devant toi, tu ne peux pas les voir parce que tu es tellement enfermé et absorbé dans tes propres pensées. C'est quelque chose de vraiment sombre et je ne veux pas que quiconque passe par là parce que la douleur mentale est bien pire que la douleur physique. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.