ATP / Alcaraz : " Je ne veux pas me fixer de limites "

ATP / Alcaraz : " Je ne veux pas me fixer de limites "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365, publié le mardi 13 septembre 2022 à 09h50

Vainqueur de l'US Open et nouveau numéro un mondial à 19 ans, l'Espagnol Carlos Alcaraz espère bien continuer sur sa lancée et marquer les prochaines années de son empreinte.



L'US Open 2022 ne semble être qu'un début pour Carlos Alcaraz. A tout juste 19 ans, le nouveau numéro un mondial depuis ce lundi en veut encore plus. Après son titre décroché à Flushing Meadows ce dimanche, son premier en Grand Chelem, l'Espagnol ambitionne désormais de rester tout en haut de la hiérarchie du tennis mondial et de continuer sa collection en allant remportant d'autres Majeurs à l'avenir. « Honnêtement, je ne peux pas croire que je suis numéro un mondial, que j'ai un trophée du Grand Chelem posé près de moi. Quand je me suis réveillé, je n'y croyais pas. (...) Je ne veux pas me fixer de limites. Je veux rester numéro un mondial pour de longues semaines, des années j'espère. Je veux jouer pour gagner les tournois. J'espère juste que l'US Open est le premier et que beaucoup vont suivre », a confié le natif d'El Palmar, très ambitieux, au lendemain de sa victoire à New York.

Alcaraz ne compte pas changer

Désormais, avec son tout nouveau statut, Alcaraz aura la lourde tâche de confirmer ces prochaines semaines, ce qui ne semble pas plus l'effrayer que cela. « Le plus dur désormais ? Je ne sais pas vraiment. Je n'ai jamais joué encore dans la peau du numéro un mondial. Je ne sais pas quelle pression je vais ressentir, si ce sera lourd ou simple à gérer. Mais je ne veux rien changer à la façon dont j'ai joué ce tournoi et dont je joue au tennis depuis tout petit. Avec le sourire et du plaisir sur le court. Je vais essayer de garder ça et évacuer la pression, a également expliqué le récent vainqueur de l'US Open, lors d'un entretien accordé à L'Equipe. Certains joueurs ont l'air de ne pas aimer jouer au tennis, de ne pas prendre du plaisir sur le court. C'est quelque chose que je ne veux pas. Je veux qu'on voie le même enfant que celui qui jouait quand j'avais 10 ans. » Attendu cette semaine à Valence pour la Coupe Davis, il sera logiquement l'une des attractions côté espagnol.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.