Roland-Garros : vers une révolution des tenues ?

Roland-Garros : vers une révolution des tenues ?©Wochit

6Medias, publié le jeudi 23 août 2018 à 20h00

Le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, monte au créneau quant aux tenues des joueurs et des joueuses. Dans un entretien accordé à Tennis Magazine, il évoque l'idée d'un dress code à l'horizon 2020 et revient sans filtres sur la tenue portée par Serena Williams en juin dernier.

Roland-Garros va-t-il se plier aux mêmes règles que Wimbledon ? Rien n'est moins sûr.

Cependant, un coup de tonnerre pourrait se profiler à l'horizon 2020 sous la houlette du président de la Fédération française de tennis. Bernard Giudicelli entend mettre de l'ordre dans les tenues des joueurs, explique-t-il dans Tennis Magazine. Ce qui a tout déclenché ? La tenue de Serena Williams au printemps dernier.



La joueuse américaine de 36 ans s'était présentée Porte d'Auteuil avec une combinaison noire intégrale et moulante. Une tenue pas vraiment du goût du président. "Je crois qu'on est parfois allé trop loin. La combinaison de Serena cette année, par exemple, ça ne sera plus accepté. Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin".
Bernard Giudicelli explique vouloir garder "la beauté" de son sport par-dessus tout, ce qui n'a semble-t-il pas été le cas avec l'ancienne numéro 1 mondiale. "Si je fais passer une émotion avec quelque chose qui est beau dans un endroit qui est beau, l'émotion est magnifiée".

Pas aussi dur qu'à Wimbledon

Et pourtant, Serena Williams, de retour après sa grossesse, s'était sentie comme un poisson dans l'eau sur le court Philippe Chatrier. "Je me sens comme une princesse guerrière dedans. J'ai toujours voulu être une superhéroïne", disait-elle après les premières critiques.
Suite aux propos de Bernard Giudicelli, on comprend bien que les tenues de futures Catwoman ou Black Widow ne seraient plus autorisées. Et qu'un encadrement strict va désormais être instauré. "Pour 2019, c'est un peu tard, car les collections sont déjà dessinées, mais on va quand même demander aux équipementiers de nous les communiquer".

Bernard Giudicelli admet tout de même ne pas vouloir aller "aussi loin" que ses comparses anglais à Wimbledon, qui, on le rappelle, n'autorisent que des tenues unies blanches (avec un tout petit liseré de couleur).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.