Coupe Davis : Yannick Noah pessimiste pour l'avenir des Bleus

Coupe Davis : Yannick Noah pessimiste pour l'avenir des Bleus©Panoramic

6Medias, publié le lundi 19 novembre 2018 à 19h40

À quatre jours de la dernière finale de Coupe Davis dans le format actuel, Yannick Noah est revenu sur la nouvelle réforme de la compétition et les chances des Français, explique Le 10 Sport. Il n'a pas été très flatteur envers ses troupes.

Du 23 au 25 novembre, l'équipe de France de Coupe Davis sera aux prises avec la Croatie pour remporter la dernière édition de la compétition dans le format actuel, c'est-à-dire opposant les deux nations en quatre simples et un double.

Et à quatre jours de l'événement, la pression monte pour Yannick Noah et ses hommes. Le sélectionneur est revenu sur l'évolution de la compétition, concédant quelques confidences qui en disent long sur l'état de forme de ses troupes, révèle Le 10 Sport.



Sans tancer la nouvelle formule, il s'est montré clair. "Si la réforme donne un gout particulier à cette finale ? On a une chance unique, qui ne se reproduira plus jamais : jouer une finale de Coupe Davis à la maison." Une chance unique qui ne se reproduira donc plus ? Yannick Noah botte en touche et préfère rester concentré sur l'événement. "Cette chance, on est allé la chercher. On s'est battu toute l'année pour se qualifier. Pour l'équipe, mais aussi pour l'épreuve. Elle sera vécue merveilleusement si on gagne."

Noah compte sur la folie

Et pour ajouter un onzième trophée au palmarès des Bleus, l'ancien vainqueur de Roland-Garros compte sur la folie. "On le sait depuis deux mois. Pour la plupart, on ne pense qu'à ça. L'idée ici, c'est de mettre tout ce qu'on peut contrôler de notre côté. Après, il y a la folie du match."

Une dernière rencontre à la tête de l'équipe de France pour Yannick Noah, qui lui fait éprouver un sentiment "étrange".
Et malgré l'état de forme en dents de scie de ses joueurs, le capitaine des Bleus espère une même issue qu'en 1991 où les États-Unis étaient largement favoris face à la France. Surtout, Yannick Noah avait fait confiance à Henri Leconte, alors qu'il revenait d'une grave blessure en espérant qu'il retrouve son niveau. Cette fois-ci, il tentera le même pari avec Jo-Wilfried Tsonga.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.