Transat Jacques Vabre : Bestaven sera bien là

Transat Jacques Vabre : Bestaven sera bien là©Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mercredi 15 septembre 2021 à 08h41

Vainqueur du Vendée Globe en début d'année, Yannick Bestaven (Maitre Coq) a décroché sa qualification pour la Transat Jacques Vabre, qui débutera en novembre, avec son nouveau co-skipper Jean-Marie Dauris.


Yannick Bestaven peut toujours rêver du doublé Vendée Globe - Transat Jacques Vabre ! Après avoir remporté le tour du monde en solitaire sans escale le 28 janvier dernier sur Maitre Coq, le skipper de 48 ans est officiellement qualifié pour la Transat en double qui reliera Le Havre à Salvador de Bahia (Brésil) et qui débutera le 7 novembre. Une course à laquelle il participera avec Jean-Marie Dauris, qui a dû remplacer au pied levé Roland-Jourdain, victime d'une hernie discale, et qu'il a déjà remportée en 2011 et 2015, mais dans la catégorie Class40 et non Imoca. Les deux skippers ont réussi le parcours de qualification entre leur port d'attache, La Rochelle, et le phare du Fastnet, au sud-ouest de l'Irlande. Ils ont mis deux jours et demi à réussir l'aller-retour, et la direction de course a validé leur qualification.

Bestaven : "La Jacques Vabre s'apparente plus à un long sprint"

« Ce parcours, nous l'avons pris comme un véritable entraînement autant qu'une qualification. Cet aller-retour express nous a permis de caler notre fonctionnement, qui est assez naturel. Du fait de son passé dans l'olympisme et la Coupe de l'America, Jean-Marie est un très bon régleur, il sait faire aller vite le bateau, donc il sera plus focalisé sur la performance, alors que de mon côté, je m'occuperai davantage de la météo et de la stratégie », a expliqué Bestaven à son retour à La Rochelle. Après sa victoire sur le Vendée Globe, Maitre Coq est considéré comme l'un des favoris de la Transat Jacques Vabre, mais le skipper ne voit pas les choses de cette façon. « Sur le papier, il y aura des bateaux plus performants que le nôtre, reconnait Bestaven. C'était certes la même chose sur le Vendée Globe, mais le Vendée Globe est une course d'endurance, alors que la Jacques Vabre s'apparente plus à un long sprint. On l'abordera sans pression, pour se faire plaisir et bien naviguer, mais aussi pour continuer à apprendre en vue du prochain bateau, Maître CoQ V (attendu à l'été 2022, ndlr) et de la Route du Rhum. Ce qui est certain, c'est que j'ai hâte d'y être, ça me manque de courir contre les autres, de faire de la stratégie, qui plus est sur un parcours original, qui va nous imposer de passer deux fois l'équateur, ce qui peut ouvrir un peu plus le jeu. » Rendez-vous le 7 novembre, où Bestaven défiera d'autres concurrents du dernier Vendée Globe, comme Charlie Dalin (Apivia), Sébastien Simon (Arkea Paprec), Louis Burton (Bureau Vallée 3), Jérémie Beyou (Charal) ou encore Sam Davies (Initiatives-Cœur).

Crédit photo : Martin Viezzer

Vos réactions doivent respecter nos CGU.