Natation - Mondiaux : Des sifflets contre Gorbenko, médaillée d'argent israélienne

A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 19 février 2024 à 14h46

Le public qatarien a manifesté sa désapprobation de manière assez audible face à la médaille historique d'une nageuse israélienne. Une opinion qui, bien sûr, n'avait rien de sportive.

Anastasia Gorbenko est devenue dimanche la première nageuse israélienne médaillée mondiale de l'histoire en grand bassin, hommes et femmes confondus - elle avait déjà été championne du monde en petit bassin en 2021 à Abu Dhabi, sur 50 m brasse et 100 m 4 nages. Un mauvais timing géopolitique qui lui a valu une bardée de sifflets à Doha, pays du monde arabe où les soutiens à la Palestine sont nombreux (même si le Qatar joue un rôle essentiel dans les tentatives de médiation depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas, en octobre).

"Je mérite d'être sur le podium. Je suis là pour faire ce que j'aime"

Deuxième du 400 m 4 nages, Gorbenko a notamment dédié sa médaille d'argent à une amie otage. Elle ne s'est pas démontée au micro, malgré les huées : "Je suis si heureuse d'être là et de représenter mon pays dans cette période difficile, ça signifie beaucoup pour moi et mon pays d'être présente avec le drapeau israélien." Elle n'a pas hésité à manier l'humour : "J'entends tous ces bruits depuis une semaine, mais j'ai des bouchons d'oreille. Je suis dans ma zone."

Agée de 20 ans seulement, elle rappelle avoir "travaillé dur pour gagner cette médaille" : "Je mérite d'être sur le podium, pas question de ne pas y monter à cause de quelques gens. Il faut séparer le sport et la politique. Je suis là pour faire ce que j'aime, pratiquer mon sport et représenter mon pays. Ce n'est ni la première, ni la dernière fois, mais au bout du compte je suis là pour nager, c'est ce que je fais de mieux. Ceux qui n'aiment pas ça, ce n'est pas mon problème." Gorbenko souligne toutefois ressentir "beaucoup de sécurité, tout le temps" : "Avant qu'on arrive, ça a été la première préoccupation, tant pour Israël que pour le Qatar." Heureuse d'engranger de la confiance en vue de Paris 2024, la jeune nageuse a vécu une semaine pour le moins chahutée émotionnellement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.