Justice : Agnel mis en examen

Justice : Agnel mis en examen©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 11 décembre 2021 à 20h17

Yannick Agnel, placé en garde à vue depuis jeudi dans le cadre d'une enquête pour viol sur une mineure de moins de 15 ans, en est sorti samedi midi, avant d'être mis en examen.



Soupçonné de viol et d'agression sexuelle sur une mineure de moins de 15 ans, Yannick Agnel a vu sa garde à vue prendre fin samedi midi. L'ancien nageur, bonnet vissé sur la tête, a ensuite été présenté à un juge d'instruction de Mulhouse. Et s'il est sorti libre du tribunal, il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention, alors que le parquet avait requis son placement en détention provisoire. Les faits remonteraient à 2016, quand le double champion olympique de Londres, sur le 200 m nage libre et le relais 4x100 m, s'entraînait au Mulhouse Olympic Natation (MON) sous la coupe de Lionel Horter. Et c'est l'une des filles de l'entraîneur mulhousien, qui était âgée de 13 ans au moment des faits, contre 24 pour Agnel, qui a déposé plainte l'été dernier. L'ex-nageur encourt jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

Maracineanu : "Ça me touche particulièrement"

Ancienne nageuse du club mulhousien, Roxana Maracineanu a évoqué cette affaire en marge de la Coupe du monde de ski alpin à Val d'Isère, samedi matin. "Je connais personnellement la personne qui a déposé plainte. Vous imaginez bien que ça me touche particulièrement, a notamment déclaré la ministre déléguée aux Sports, rapporte RMC. L'instruction suit son cours et doit suivre son cours. La plainte de la jeune fille est entre les mains de la justice, elle doit aller au bout. Il s'agit d'un sujet important pour moi, au niveau national. C'est aussi un combat que nous portons au niveau européen et international pour que les sportifs et les enfants dans d'autres champs puissent être protégés, pour que la parole puisse se libérer. Le courage de ces personnes, qui prennent la parole pour raconter ce qu'elles ne veulent plus subir et pour dire stop, est essentiel pour que d'autres enfants ou des adultes ne subissent plus ça. Plus personne ne doit se prévaloir d'une quelconque impunité." Avant de conclure : "Je dois laisser la justice faire son travail."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.