Championnats du monde : Damien Joly largement distancé sur 1500m nage libre

Championnats du monde : Damien Joly largement distancé sur 1500m nage libre©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 25 juin 2022 à 18h50

A l'occasion de la finale du 1500m nage libre des Mondiaux de Budapest, Gregorio Paltrinieri a manqué de peu de battre le record du monde quand Damien Joly a pris la huitième et dernière place.

Damien Joly a tout donné mais n'a pas pesé sur la finale du 1500m nage libre. Le natif d'Ollioules, qualifié avec le cinquième temps des séries, n'a pas su enchaîner ce samedi. Bouclant la distance en 15'09''15, le Tricolore a pris la huitième et dernière place à 36 secondes d'un Gregorio Paltrinieri intouchable. Parti très fort, l'Italien a été devant les bases du record du monde du controversé Sun Yang jusqu'à 50 mètres de l'arrivée mais la dernière longueur a été plus compliquée. S'imposant en 14'32''80, l'Italien signe la deuxième meilleure performance de tous les temps et un nouveau record d'Europe. L'Américain Bobby Finke (14'36''70) et l'Allemand Florian Wellbrock (14'36''94) complètent le podium. « Je savais que ça allait partir fort. Sa stratégie est de partir très vite et de faire que personne puisse le suivre. Il l'a très bien fait ce (samedi) soir et je suis très content pour lui car c'est un super gars et ça fait longtemps que je fais des courses contre lui, a confié Damien Joly au micro de France Télévisions après la course. Pour ma part, ça a été vraiment dur physiquement. Dès le départ, je sens qu'il m'a manqué un peu de temps pour récupérer. Je mets beaucoup de jambes, je n'appuie pas très fort sur les bras, je me sens un peu crispé. C'est physiquement que c'est dur pour moi aujourd'hui (samedi). Sur le 800m, je fais mon meilleur temps. Sur le 1500m, je gère en séries et je pensais vraiment pouvoir accélérer en finale. Mais, là, c'est physiquement que c'est très dur pour moi. »


Ress récupère son titre sur 50m dos

En quelques secondes, Justin Ress est passé du rire aux larmes... avant de nager dans le bonheur Le nageur américain s'est montré le plus fort à l'occasion de la finale du 50m dos masculin, première course de cette ultime session des championnats du monde de natation. Touchant en 24''12, le natif de Cary a alors pensé remporter sa deuxième médaille d'or à Budapest après celle du 4x100m nage libre. Or, quelques secondes après l'arrivée, une révision vidéo de cette finale a été annoncée. En effet, Justin Ress a touché la plaque alors qu'il était totalement sous l'eau, ce qui est contraire au règlement. Alors qu'il allait se présenter pour l'interview d'après-course, l'Américain a appris sa disqualification... qui a ensuite été purement et simplement annulée ! Le titre de champion du monde un temps accordé à son compatriote Hunter Armstrong (24''14), déjà sacré sur le 4x100m nage libre et sur le 4x100m quatre nages mixte, lui revient. Les Américains sont accompagnés sur le podium par le Polonais Ksawery Masiuk (24''49) quand l'Italien Thomas Ceccon (24''51) est finalement dépossédé de la médaille de bronze.


Meilutyte a pris sa revanche

Dans la foulée, la finale du 50m brasse a vu le retour au plus haut niveau de Ruta Meilutyte. Partie à la retraite en 2019 alors qu'elle était toujours plus contestée, la Lituanienne a finalement décidé de revenir à la compétition. Battue par Benedetta Pilato et Anna Elendt à l'occasion de la finale du 100m brasse, la native de Kaunas a pris une éclatante revanche. Dominatrice de bout en bout de la longueur de bassin et s'imposant en 29''70, Ruta Meilutyte est allée chercher son deuxième titre de championne du monde après celui du 100m brasse remporté à Barcelone en 2013, distance sur laquelle elle avait remporté le titre olympique à Londres un an auparavant, à l'âge de seulement quinze ans. La Lituanienne devance Benedetta Pilato (29''80) quand Lara van Niekerk complète le podium (29''90) et offre à l'Afrique du Sud sa toute première médaille à l'occasion de ces championnats du monde 2022.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.