Championnats de France : Interruption de la compétition suite à un problème technique

Championnats de France : Interruption de la compétition suite à un problème technique©Media365

Guillaume Issner, Media365, publié le samedi 19 juin 2021 à 14h00

La cinquième journée des championnats de France de natation a été suspendue ce samedi matin jusqu'à nouvel ordre. Le quai de départ du bassin de Chartres a bougé et réduit la distance sur certaines lignes d'eau.



Le cinquième jour des championnats de France de natation, qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Tokyo, a été le théâtre d'un événement que personne n'avait vu venir. Le quai de départ ayant bougé sur certaines lignes d'eau, le bassin de Chartres ne fait plus 50 mètres à tous les endroits. Un coup du sort faussant ainsi la compétition. Pour cette raison, celle-ci a été suspendue jusqu'à nouvel ordre ce samedi matin. Le directeur technique national Julien Issoulié a réagi à propos de cet événement rarissime. « On a arrêté la compétition pour trouver une solution. Il y a un côté du bassin où c'est parfaitement aligné et de l'autre il manque 20 à 30 centimètres. On va voir ce qu'on fait, il y a beaucoup de répercussions. Il y a des filles qui ont nagé le 200m brasse et qui ont fait le standard B de qualification olympique. On verra quelles sont les pistes à cette heure-là », a-t-il rapporté suite à cet incident.

Un quai de départ défaillant

Pour élaborer des pistes, un technicien a été missionné afin de définir « l'importance du problème, si c'est une casse ou juste quelque chose qui a sauté et peut se réparer ». De plus, une réunion doit se tenir en début d'après-midi pour faire le point. « Il peut y avoir plein de plans, aller dehors, décaler de 24 heures, nager ailleurs... Il y a plein de possibilités. On va essayer de trouver une façon de reprendre ces championnats. Ils sont interrompus jusqu'à nouvel ordre », a poursuivi le DTN. Quid du 200m brasse dames qui s'est tenu avant l'interruption ? « On va voir ce qu'on fait, il y a beaucoup de répercussions », conclut-il. Un casse-tête dont se serait bien passée la Fédération française de natation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.