Agnel reconnaît la matérialité des faits

Agnel reconnaît la matérialité des faits©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le lundi 13 décembre 2021 à 11h39

Mis en examen dans une affaire de viol et agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans, Yannick Agnel a reconnu la matérialité des faits qui lui sont reprochés, a fait savoir lundi la procureure de la république de Mulhouse Edwige Roux-Morizot.



Yannick Agnel reconnaît les faits. Mis en examen samedi sans être incarcéré et placé sous contrôle judicaire pour viol et agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans pour des faits datant de 2016, Agnel a reconnu les faits, a fait savoir lundi matin lors d'une conférence de presse la procureure de la République de Mulhouse Edwige Roux-Morizot. "Yannick Agnel reconnait la matérialité des faits qui lui sont reprochés. Il précise qu'il n'avait pas le sentiment qu'il y a eu contrainte. Si les faits son constitutifs de viol c'est parce que vous n'ignorez pas qu'il existe une différence d'âge très importante entre les 13 ans de la victime et les 24 ans de Yannick Agnel", a expliqué la magistrate, qui a toutefois précisé que l'ancien nageur n'avait pas immédiatement reconnu les faits et que la relation avec la plaignante (Naome Horter, âgée de 13 ans à l'époque) avait perduré. "Les faits reprochés sont des faits de viol et d'agression sexuelle. Les chefs de mise en examen c'est sur toute l'année 2016. Cela s'est aussi produit en Thaïlande, à Rio, et à Tenerife je crois. Ce qui tend à penser qu'il y a eu plusieurs faits. Tous les faits se sont déroulés sur l'année 2016." La procureur de la République de Mulhouse a par ailleurs rappelé que le double champion olympique des Jeux de Londres restait toutefois toujours présumé innocent et que "si les faits sont constitutifs de viol c'est parce qu'il existe une différence d'âge très importante entre les 13 ans de la victime et les 24 ans de Yannick Agnel."

"Il n'a pas eu le sentiment de placer cette femme sous contrainte. Il le regrette"



"Yannick Agnel est toujours présumé innocent même s'il a reconnu la matérialité des faits, en tout cas la partie civile pour être objectif", sachant que d'autres auditions sont prévues. "Un certain nombre d'investigations auront lieu. Sur mineur de quinze ans, ça tombe sous le coup de la loi, quand bien même on peut estimer qu'elle est consentante, ça tombe sous le coup de la loi. La différence d'âge peut valoir contrainte morale par hypothèse." Edwige Roux-Morizot, qui s'est exprimée ce lundi en fin de matinée, au même titre que la commissaire chargée des investigations, a également évoqué la personnalité d'Agnel. "Une véritable personnalité forte qui a pu entrer en ligne de compte", à en croire l'intéressée. "C'est ce qui caractérise pour nous les faits de viols et d'agression sexuelle. Il n'a pas eu le sentiment de placer cette femme sous contrainte. Il le regrette. Comme la majorité des plaintes en matière de viol, on est face à tout un cheminement psychologique qui a eu lieu chez elle et qui a fait qu'elle ait décidé de déposer plainte parce qu'elle allait mal." La procureure a tenu également à insister sur le fait qu'il n'y ait "pas de lien direct entre la plainte et le contentieux qui existe entre Yannick Agnel et la famille Horter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.