Poursuite de Hochfilzen (H) : Jacquelin savoure, Fillon Maillet frustré

Poursuite de Hochfilzen (H) : Jacquelin savoure, Fillon Maillet frustré©Media365
A lire aussi

Guillaume Issner, Media365, publié le samedi 19 décembre 2020 à 17h40

Après la poursuite hommes de Hochfilzen, Emilien Jacquelin n'a pas caché sa joie après sa deuxième place. Arrivé huitième, Quentin Fillon Maillet n'a pas la tête à sourire.



La Norvège est à nouveau montée sur la plus haute marche du podium ce vendredi à Hochfilzen. Après sa victoire ce vendredi sur le sprint, Sturla Holm Laegreid a récidivé sur la poursuite. Il a franchi la ligne d'arrivée un peu plus de huit secondes avant... Emilien Jacquelin ! Parti du 8eme rang, près d'une minute après le vainqueur du jour, le Français a été très bon au tir, avec un superbe 20/20, mais surtout sur les skis. C'est sur cet exercice que le biathlète tricolore a fait la différence et a distancé Johannes Thingnes Boe dans un dernier tour absolument époustouflant. « Je savais que j'avais les moyens de le faire, l'an dernier j'avais mis une attaque à peine plus bas. Là, j'ai essayé de la faire en deux temps. Johannes Thingnes Boe, sur le côté, en remet, finalement ce n'était pas tranchant. J'en ai mis une, et après il y a la relance surtout. Il me restait de l'énergie, je me suis dit qu'il fallait tout faire pour le distancer. Je suis bon pour ça, tant mieux si j'ai réussi à le faire », a-t-il réagi au micro de la chaine L'Equipe.

Un bilan mitigé

Déception en revanche pour Quentin Fillon Maillet. Le premier Français au classement général (5eme) a dû se contenter de la huitième place avec un 18/20 au tir. Après l'effort, il est revenu sur le fait de course surprenant dont il a été victime au premier tir debout, une cible non blanchie après une balle pourtant bonne. « Au moment où je la tire, je la sens bonne mais je vois le blanc qui ne se relève qu'à moitié. Il y avait un effet d'ombres et je n'étais pas certain d'avoir vu les bonnes choses. C'est venu un peu plus tard dans le dernier tour : ça confirmait ce que j'avais vu. C'est frustrant ! On a des cibles électroniques, mais si elles ne marchent pas correctement, ça peut être pénalisant. Si on m'enlève 25 secondes au final, ça ne change pas le résultat, mais ça n'enlève pas la fatigue sur l'anneau et l'influence que ça peut avoir sur la course », a-t-il regretté. L'équipe de France tentera de bien terminer sa deuxième semaine à Hochfilzen ce dimanche avec la première Mass Start de la saison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.