Biathlon - Jacquelin : "Quand j'ai des hauts, je ne les savoure même pas"

Biathlon - Jacquelin : "Quand j'ai des hauts, je ne les savoure même pas"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 22 février 2021 à 17h45

L'analyse d'Emilien Jacquelin, après la mass-start en conclusion des Mondiaux dimanche, était très dure envers lui-même. Le double champion du monde de la poursuite, "dévasté" par son ultime course, raconte ses tourments.



Emilien Jacquelin a connu le très haut avant de finir malheureusement sur le très bas, lors des Mondiaux de Pokljuka. Champion du monde épatant de la poursuite il y a un peu plus d'une semaine, en sortant le tir le plus rapide de l'histoire, il a terminé 30eme de la mass-start pour conclure la compétition dimanche, en s'effondrant littéralement sur son deuxième tir couché alors qu'il occupait la tête de la course. "Je ne sais pas vraiment, les techniciens m'ont montré sur la piste que mon premier tir était bon mais un peu haut, ils m'ont demandé de mettre deux clics en bas. Je suis encore écoeuré, je l'ai fait et allez savoir pourquoi, les balles sont allées encore plus haut... Je ne sais pas si c'est une erreur de matériel ou le vent qui a tourné, mais je suis dévasté. J'y avais mis tout mon coeur."

"Des choses que je pensais inimaginables"

Les larmes ont ensuite coulé et Jacquelin, double champion du monde en titre sur la poursuite après son sacre de l'an dernier à Antholz-Anterselva, a été incapable de rajouter quoi que ce soit. Durant son dernier tour, déjà lessivé moralement, il s'était arrêté peu avant la ligne d'arrivée pour être réconforté dans les bras de son compatriote et collègue Fabien Claude.


Pour Le Dauphiné Libéré, Jacquelin a également appuyé sa torture : "Quand j'ai des hauts, je ne les savoure même pas, parce que c'est surtout de l'apaisement... Ce n'est pas de la joie, c'est une sorte de soulagement. Ces courses-là, elles font mal (...)  J'ai l'impression, finalement, que ça retombe dans les travers de ce début de saison où il m'arrive des choses que je pensais inimaginables." Sixième du général, le Français reste en course pour le petit globe de la poursuite, deuxième à neuf points Sturla Laegreid.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.