Biathlon - Fillon Maillet : "A aucun moment, je n'espérais la victoire"

Biathlon - Fillon Maillet : "A aucun moment, je n'espérais la victoire"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 09 janvier 2022 à 17h51

Vainqueur pour la troisième fois de la saison, Quentin Fillon Maillet a vécu dimanche une journée de rêve à Oberhof. Bénéficiant du craquage complet d'Alexander Loginov, le Français récupère aussi la première place du général.



Quentin Fillon Maillet ne s'attendait certainement pas à tout rafler à ce point, la victoire sur la poursuite d'Oberhof et le dossard jaune de leader du classement général : "Quand j'étais 20eme après deux fautes au premier tir, c'était très loin d'être gagné. C'était une grosse bagarre, j'avais envie de bien finir mais à aucun moment je n'espérais la victoire... C'était vraiment difficile, ça glissait très peu et il fallait pousser en permanence. C'est une grosse récompense."

Jacquelin : "Ce n'est pas pour me jeter des fleurs, mais ce n'était pas un problème de jambes"

Le troisième des trois dernières éditions de la Coupe du monde se demande même s'il n'est pas encore meilleur sous pression : "Je me transcende sur le dernier tour. J'ai plus d'aisance en confrontation, je tire mieux. Tir après tir, j'ai remonté." Il explique sa célébration, en touchant la neige sur la ligne d'arrivée, par le côté improbable du scénario du jour : "Finir premier, au vu du début, ça me paraissait impensable." S'il savoure le dossard jaune, il sait aussi la particularité de l'année olympique : "Les deux objectifs ne sont pas incompatibles, surtout au vu des quelques impasses des uns et des autres. Je ne me prends pas la tête, on verra petit à petit. Faisons de beaux Jeux, et après on pensera sérieusement au général."


C'est tout l'inverse pour son compatriote Emilien Jacquelin, 17eme après avoir complètement craqué sur le dernier tir, qu'il a pourtant abordé dans la même position que Fillon Maillet : "Je n'ai pas eu les ressources mentales pour m'accrocher. Je ne pouvais pas exploiter ma forme, j'ai subi. J'ai encore de quoi gratter, sur le tir comme sur le mental. Je n'avais pas le matériel pour garder le dossard jaune, ce qui compte c'est d'en tirer quelque chose et d'avancer. Ce n'était pas un problème de jambes. Ce n'est pas pour me jeter des fleurs, mais j'ai fait le 38eme temps de ski alors que depuis le début de saison, j'ai du faire sixième temps de ski au pire..." Jacquelin pointe désormais à douze longueurs de Fillon Maillet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.