Biathlon - Coupe du Monde : Polémique au Grand-Bornand

Biathlon - Coupe du Monde : Polémique au Grand-Bornand©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le samedi 03 décembre 2022 à 15h19

Alors que la station du Grand-Bornand doit accueillir la Coupe du Monde de biathlon dans deux semaines, une polémique enfle ces dernières heures.



La première étape de la saison de la Coupe du Monde de biathlon se déroule actuellement en Finlande, à Kontiolahti, où Johannes Boe a remporté l'épreuve du sprint samedi matin . La compétition se poursuivra en Autriche la semaine prochaine à Hochfilzen (du 8 au 11 décembre) puis elle fera étape en France. Du 15 au 18 décembre, les épreuves se dérouleront au Grand-Bornand. La station savoyarde se prépare pour ce 3eme épisode de la Coupe du Monde et attend les concurrents, sans neige... Actuellement, en effet, il n'y a pas de neige au Grand-Bornand et aucune chute de neige n'est prévue dans les prochains jours...

Une aberration écologique

Alors, à 1000 mètres d'altitude, on s'active pour qu'il y ait quand même du blanc à la place du vert. Comme on a pu le voir sur les réseaux sociaux, il n'y a pas du tout de neige et les organisateurs s'y attendaient. Ils ont donc anticipé cette pénurie et comme l'an passé, la station s'apprête à accueillir les épreuves de biathlon avec de la neige un peu naturelle mais surtout artificielle. Selon Ski Nordique, les organisateurs ont ainsi construit deux énormes réserves de neige, naturelle ou artificielle, avant de les recouvrir de sciure de bois (ce qui s'appelle le « snowfarming »). Des camions ont été vus depuis le début de la semaine acheminant sur le site cette neige stockée depuis l'hiver dernier.


Au total, il devrait y avoir 24 000 m³ de neige transportés depuis le haut de la station vie une douzaine de camions pour créer une piste en bas de la station où les flocons ne sont pas encore tombés. « Ce n'est pas le scénario idéal, ce n'est pas celui qu'on souhaitait », a souligné vendredi Isabelle Pochat-Cotilloux, directrice de l'office de tourisme de la station haut-savoyarde, qui estime « certaines critiques très légitimes ». C'est effectivement une situation qui fait polémique. Les commentaires négatifs se sont multipliés sur les réseaux sociaux où les photos de semi-remorques déposant de la neige regorgent. « Des rotations folles toute la journée sur plusieurs kilomètres », a notamment tancé l'association Résilience Montagne, qui pointe-là une aberration écologique. L'IBU, l'union internationale de biathlon, doit encore délivrer son feu vert le 5 décembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.