Violences sexuelles dans le patinage artistique : Gailhaguet convoque un conseil fédéral exceptionnel de la FFSG

Violences sexuelles dans le patinage artistique : Gailhaguet convoque un conseil fédéral exceptionnel de la FFSG©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le vendredi 07 février 2020 à 18h42

Didier Gailhaguet a convoqué les 31 membres du conseil fédéral de la FFSG pour un conseil exceptionnel samedi matin à 10h00.

Didier Gailhaguet (66 ans) va-t-il finalement présenter sa démission. Après avoir catégoriquement rejeté cette éventualité mercredi après-midi lors d'une conférence de presse organisée en plein coeur du scandale des violences sexuelles dans le patinage français, l'homme fort de la Fédération française des sports de glace pourrait se résoudre à le faire. Et ce dès samedi. Ce vendredi, le président de la FFSG a en effet convoqué les 31 membres du conseil fédéral de la Fédération à un conseil exceptionnel, programmé à 10h00. Après l'avoir fait jeudi soir sur le plateau de l'émission « C à vous » sur France 5, l'homme le plus controversé du moment de tous les dirigeants faisant battre le pouls du sport français pourrait ouvrir samedi encore un peu plus grand la porte à une démission. Car si Roxana Maracineau, qui lui en avait fait la demande, ne possède pas le pouvoir en tant que Ministre des Sports de destituer Gailhaguet (ou un autre président de la Fédération), le conseil fédéral de la FFSG, lui, eu égard à ses statuts, peut le faire (il est d'ailleurs le seul et unique à pouvoir le faire).

Si la question ne figure pas à l'ordre du jour...

Les statuts en question précisent ainsi que « le conseil fédéral peut mettre fin au mandat du président et aux fonctions du bureau exécutif par un vote à la majorité des deux tiers des membres le composant ». Sachant que le conseil exceptionnel de samedi matin se déroulera en présence du bureau exécutif, la majorité des membres, si elle le souhaite, aura tout loisir de cesser les activités de son patron. A une seule condition toutefois : que la question relative à la démission de Didier Gailhaguet figure à l'ordre du jour. Si ce n'est pas le cas, le Biterrois n'aura aucun souci à se faire. « Si je suis celui qui doit démissionner parce que c'est le seul moyen de débloquer, bien sûr que je le ferai », avait assuré jeudi soir celui qui dirige la FFSG depuis 2007. Mais peut-être plus que pour quelques heures seulement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.