Ski de fond : Le pétage de plombs de Bolshunov

Ski de fond : Le pétage de plombs de Bolshunov©Media365

Thomas Siniecki : publié le lundi 25 janvier 2021 à 18h58

Alexander Bolshunov n'a pas apprécié du tout le dénouement du relais de Lahti, dimanche. Le Russe a voulu se payer physiquement son adversaire finlandais, à tel point que la police se saisit désormais officiellement de l'affaire.

Scène rare dimanche, dans le monde habituellement si policé et respectueux du ski de fond : le Russe Alexander Bolshunov, dépassé dans la dernière ligne droite par le Finlandais Joni Maeki pour aller chercher la deuxième place du relais à Lahti, a essayé de le frapper avec son bâton. Il n'a pas raté son coup la deuxième fois, en allant carrément lui foncer dedans dans l'aire d'arrivée, à toute vitesse. Les images sont étonnantes et évidemment inexcusables pour Bolshunov.

Whitcomb : "Si un de nos athlètes fait ça, il est exclu de l'équipe"

L'entraîneur américain Matt Whitcomb, après la course, a notamment expliqué : "Pour être clair à l'attention de tous les enfants et entraîneurs qui regardent : cette agression de Bolshunov n'est pas acceptable. Si un de nos athlètes fait ça, il est renvoyé à la maison et exclu de l'équipe. Une disqualification ne serait peut-être que le début de leurs problèmes."


Au-delà de cette logique disqualification, la police finlandaise a effectivement annoncé lundi à l'AFP qu'une plainte avait été déposée contre Bolshunov, sans indiquer qui en était à l'origine. Mais la Fédération finlandaise a assuré que ce n'était pas le fait de son athlète. "Nous faisons une première évaluation pour voir s'il y a des preuves pour engager une enquête préliminaire", indiquent les forces de l'ordre locales. Même s'il est allé s'excuser quasiment dans la foulée, Bolshunov risque bel et bien deux ans de prison (au pire, bien sûr). Ce dernier, au niveau sportif, n'est pas n'importe qui, bien au contraire : c'est tout simplement le maître du moment, puisqu'il vient de s'adjuger le fameux Tour de Ski il y a moins d'un mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.