Patinage artistique - Violences sexuelles : Un autre témoignage contre Gilles Beyer

Patinage artistique - Violences sexuelles : Un autre témoignage contre Gilles Beyer©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le jeudi 06 février 2020 à 10h51

Dans L'Equipe de ce jeudi, l'ancienne championne de France juniors Nadjma Mahamoud et sa mère accusent Gilles Beyer de leur avoir demandé des faveurs sexuelles en échange de sa prise en charge gratuite dans le club des Français Volants.

Les langues commencent à se délier dans le monde du patinage artistique. Une semaine après la sortie du livre de Sarah Abitbol, où elle révèle avoir été violée dès l'âge de 15 ans par son entraîneur Gilles Beyer, une autre patineuse accuse le champion de France 1978. Il s'agit de Nadjma Mahamoud, la championne de France juniors 2014, qui témoigne, avec sa mère, dans L'Equipe de ce mercredi. La maman raconte qu'en octobre 2017, quand elle a contacté Gilles Beyer pour savoir si sa fille pouvait venir s'entraîner dans son club des Français volants, à Paris, elle a commencé à recevoir « des messages très gênants ». « Il a commencé à m'envoyer régulièrement des messages obscènes. Nous avions rendez-vous le vendredi suivant (...) Je suis venue avec ma fille. Il y avait dans la pièce un autre entraîneur. Il a alors demandé s'il pouvait voir le corps de ma fille. Elle avait 18 ans. Il lui a fait enlever son blouson pour voir si elle était grosse ou pas. Ensuite, le deuxième entraîneur a emmené ma fille visiter les infrastructures du club et moi je suis restée avec M.Beyer dans le bureau. Là, il m'a tout de suite fait des propositions obscènes. (...) Ma fille est revenue et, au moment de partir, elle était devant moi et il m'a touché les fesses. J'ai fait comme si de rien n'était. Ensuite, il a recommencé à m'envoyer des messages. »

120 SMS envoyés par Beyer en cinq mois

Puis Gilles beyer a fini par appeler la mère de Nadjma Mahamoud et lui dire : « Tu couches avec moi quatre fois par semaine et tu ne paies rien et je fais monter ta fille à haut niveau ». Il lui explique ensuite que sa fille (dont il demande si elle encore vierge) pourrait se joindre à eux. Au total, l'entraîneur a envoyé 120 messages en cinq mois à la mère. Finalement, la patineuse tombe sur l'un de ces messages en empruntant le téléphone de sa mère, et tombe des nues. Elle témoigne également dans le quotidien sportif : « Il envoyait des messages à ma mère où il fallait en gros se prostituer pour faire du haut niveau. Alors je suis partie du club. J'ai déclaré forfait aux championnats de France. Je vivais pour le patinage depuis mes trois ans et demi. (...) Je suis moralement déçue du patinage, écœurée par ce milieu. J'envisage un jour de passer mes diplômes d'entraîneur, mais pour l'instant je préfère rester volontairement éloignée de ce sport ». Gilles Beyer a été exclu des Français volants mardi soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.