Patinage artistique : Maracineanu demande à Gailhaguet de démissionner

Patinage artistique : Maracineanu demande à Gailhaguet de démissionner©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le lundi 03 février 2020 à 17h56

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a demandé ce lundi au président de la Fédération des sports de glace Didier Gailhaguet de démissionner, suite aux révélations sur les violences sexuelles dans le patinage artistique.

Didier Gailhaguet va-t-il quitter son poste de président de la Fédération des sports de glace ? C'est en tout cas ce que lui a demandé la ministre des Sports Roxana Maracineanu, après l'avoir reçu ce lundi, suite aux révélations sur les violences sexuelles dans le patinage artistique. « Les nombreux témoignages et enquêtes parus dans la presse avancent des faits d'une gravité exceptionnelle ayant cours dans le milieu du patinage artistique. Le nombre de faits et leur étalement dans le temps illustrent qu'au-delà des personnes citées, un dysfonctionnement général existe dans la FFSG. (...) Le président ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle. Je lui ai donc demandé d'assumer toutes ses responsabilités et démissionner du poste », a expliqué la ministre, qui a également précisé qu'elle engageait dès « aujourd'hui la procédure de retrait de la délégation à cette fédération. La FFSG a 15 jours pour produire les éléments justificatifs aux observations qui seront formulées par le ministère ».

Gailhaguet : "La ministre ne m'a pas écouté"

Quelques minutes après la ministre, c'est Didier Gailhaguet qui a pris la parole devant le ministère, ne précisant pas s'il allait effectivement démissionner, mais annonçant qu'il donnerait une conférence de presse ce mercredi à 14h00 : « Ma première pensée va vers des jeunes filles que j'ai entraînées, que j'ai dirigées pour certaines, que je connais bien, et je suis extrêmement triste, atterré, bouleversé par le mal qui leur a été fait par quelques prédateurs malveillants, qui ont lâchement vécu avec elles ou qui les ont violées, prenant leur innocence et leur dignité pendant leur enfance ou leur adolescence, pour en faire des victimes traumatisées à vie, et c'est ça qui me touche beaucoup. (...) C'est une onde de choc qui n'a pas traversé que les sports de glace, mais le sport français dans son ensemble, et j'avais souhaité réserver ma première déclaration à Madame la ministre de tutelle. Je le regrette, car elle ne m'a pas écoutée, et surtout elle ne m'a pas entendue. Toutes ses décisions étaient déjà prises d'avance, je le regrette bien évidemment. (...) La Fédération et ses cadres techniques ne sont pas un ramassis de prédateurs sexuels ayant le viol pour culture. Personnellement, j'ai patiné, j'ai entraîné, j'ai dirigé au sein de cette Fédération, je suis un homme clean. Devant tout ce gâchis, les premiers responsables sont ceux qui ont laissé commettre ces exactions, je veux bien sûr citer le ministère et la ministre des Sports de l'époque (Marie-George Buffet, ndlr), lesquels, de par leur lâcheté, leur incompétence et leurs nombreuses volte-faces, ont permis de laisser des personnes sur la glace dans des sports à maturité précoce, donc plus exposés, alors qu'elles auraient dû être soignées et mises hors d'état de nuire. (...) J'ai commis des erreurs, pas des fautes. Je suis un homme clean, passionné du sport, j'ai toujours aimé ce sport, je continuerai à l'aimer. Je ne suis pas parfait, mais il y en a d'autres. Je vais réunir demain soir (mardi) l'équipe dirigeante pour étudier ensemble la situation de très près, avec lucidité et responsabilité. »

Gailhaguet président pendant dix-huit ans

Didier Gailhaguet (66 ans) est président de la FFSG depuis 1998, avec une pause entre 2004 et 2007, lorsque son ancien vice-président Norbert Tourne, qui s'était présenté contre lui, l'avait battu. La semaine dernière, la sortie du livre de l'ancienne patineuse Sarah Abitbol (44 ans), qui révélait avoir été violée à l'âge de 15 ans par son ancien entraîneur Gilles Beyer avait fait grand bruit. Elle accusait notamment Gailhaguet d'avoir couvert ces terribles agissements. D'anciens sportifs avaient également lancé une pétition demandant sa démission. Mais c'est désormais la ministre qui en fait la demande formelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.