Patinage artistique : Candeloro à la présidence après Gailhaguet ?

Patinage artistique : Candeloro à la présidence après Gailhaguet ?©Media365

Aurélien CANOT, publié le mardi 04 février 2020 à 11h43

Philippe Candeloro a laissé entendre qu'il ne se verrait bien prendre la suite de Didier Gailhaguet à la tête de la FFSG.

Philippe Candeloro (47 ans), des shows de danse sur glace à la présidence de la FFSG ? Alors que la Ministre des Sports a demandé lundi soir à Didier Gaihaguet, soupçonné d'avoir étouffé des faits de violences sexuelles au sein de sa Fédération, de présenter sa démission, l'ancien champion français de patinage artistique se positionne. Sur le plateau de la matinale d'Europe 1 ce mardi, Candeloro a laissé entendre qu'il était prêt à prendre le relais du président de la Fédération française des sports de glace si celui-ci venait à devoir abandonner ses fonctions, comme il a été sommé de le faire par Roxana Maracineanu. « Si le patinage a besoin de moi, s'il faut sauver le patinage et repartir sereinement... Tout le monde aujourd'hui m'envoie des messages », a avoué le consultant du service des sports de France Télévisions, qui refuse pour autant d'être taxé d'opportuniste. « Je ne me suis pas dit que s'il y avait une démission, j'allais prendre en main la Fédé. Ça n'est pas ce qui m'anime », a bien insisté celui qui prépare actuellement son prochain spectacle dans le cadre de sa nouvelle tournée avec Holiday on Ice, au même titre qu'il estime que ce ne devrait pas être à lui de postuler en cas de départ de Gailhaguet mais à ce dernier de le solliciter pour prendre sa suite, certes au plein coeur de la tempête. « Didier Gailhaguet devrait avoir la dignité de m'appeler et de dire : ''Philippe, ça sent le roussi pour moi, je vais te former pour que tu prennes la relève.'' C'est comme ça que ça devrait se passer. Ça n'est pas à moi d'aller contre Didier. »

Candeloro : « Didier, il faut que tu files les clefs »

L'ancien médaillé de bronze de Lillehamer et Nagano ne comprendrait pas toutefois comment l'actuel patron pourrait tenir très longtemps encore sans sentir qu'il n'a d'autre possibilité que de rendre son tablier. Il lui a d'ailleurs fait passer une nouvelle fois le message sur Europe 1 ce mardi matin, s'adressant directement à l'intéressé. « Didier, malgré tout ce que l'on a traversé, les bons comme les mauvais moments, les engueulades, les prises de bec, aujourd'hui il faut se rendre à l'évidence. Il y a un certain nombre de choses que tu n'aurais pas dû laisser passer. Malheureusement, il faut que tu prépares ton départ et que tu files les clefs de la boutique à quelqu'un qui fera en sorte que le patinage ait une meilleure image pour la suite de son histoire. » La veille, sur C8 (Touche pas à mon poste) et France 5 (C à vous), le Francilien, qui en a remis une couche mardi (« On connaît bien le personnage. Ça fait plus de 40 ans que je le côtoie, ça n'est pas un homme qui s'avoue vaincu facilement »), ne s'était pas montré dupe pour autant, peignant le portrait d'un homme pas du tout du genre à passer la main sous la pression. « Ce n'est pas le style du personnage, ça fait plus de trente ans qu'on essaie de faire en sorte que ça change. Il est là depuis trente ans, qu'il soit président ou directeur des équipes de France ou autre fonction, il a toujours managé cette Fédération. Même les gens autour de lui sont des gens qu'il a nommés, donc peut-être qu'il faut que ce soit ces gens-là qui lui demandent sa démission. » Et ouvrent une brèche rêvée à Philippe Candeloro.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.