Sports de Glace : Le ministère des Sports retoque le recours déposé par Didier Gailhaguet

Sports de Glace : Le ministère des Sports retoque le recours déposé par Didier Gailhaguet©Media365

Mathieu WARNIER, publié le samedi 30 mai 2020 à 15h55

Le recours déposé en vue d'une large indemnisation par l'ancien président de la Fédération Française des Sports de Glace Didier Gailhaguet a été rejeté par le ministère des Sports.

La bataille entre Didier Gailhaguet et Roxana Maracineanu est-elle terminée ? L'ancien président de la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG) a récemment demandé, au travers d'un recours administratif, une indemnisation dont le montant dépasse les 300 000 euros. En effet, l'ancien champion de France de patinage artistique a mis en cause la ministre des Sports qui, dans un courrier émis par ses avocats, l'a mis dans le rôle du « bouc émissaire » dans l'affaire lancée par la publication du livre de Sarah Abitbol et qui, selon lui, a exigé « de façon totalement surréaliste » sa démission le 3 février dernier. Face au tollé, Didier Gailhaguet a fini par céder cinq jours plus tard au cours d'une conférence de presse. La réponse du ministère des Sports n'a pas tardé.

Pour le ministère, Gailhaguet a démission « en pleine conscience »

Le directeur du cabinet de Roxana Maracineanu, Karim Herida, a opposé une fin de non-recevoir à la demande de Didier Gailhaguet. Dans un courrier, le ministère des Sports affirme que la démission de l'ancien président de la FFSG a été « décidée en pleine conscience ». Une décision qui a fait suite au fait que la ministre l'a « questionné sur les éventuels dysfonctionnements de la gouvernance fédérale » tout en l'invitant « à assumer ses responsabilités en tant que représentant légal de la Fédération ». Karim Herida ajoute dans ce courrier adressé à Didier Gailhaguet que « la mission confiée à l'inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche a notamment vocation à examiner l'ensemble de ces faits et à identifier les différentes chaînes de responsabilité en lien avec l'éventuelle non-dénonciation de crimes et/ou délits de nature sexuelle évoqués par les victimes ». Reste que l'extinction de ce recours ne signifie pas la fin de cette affaire puisque ce refus ministériel pourrait permettre à Didier Gailhaguet de saisir le Tribunal Administratif dans le but d'obtenir une indemnisation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.