Patinage artistique : L'élection de la nouvelle présidente contestée

Patinage artistique : L'élection de la nouvelle présidente contestée©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 05 avril 2020 à 08h50

Un mois après l'élection dans un contexte particulier de Nathalie Péchalat à la tête de la FFSG, Damien Boyer-Gibaud conteste la validité du scrutin.

La Fédération Française des Sports de Glace (FFSG) est-elle encore dans la tourmente ? Alors que, secouée par le scandale de violences sexuelles dévoilé par Sarah Abitbol qui a coûté sa place à Didier Gailhaguet, la FFSG a élu le 14 mars dernier l'ancienne patineuse Nathalie Péchalat à sa présidence. Une élection qui s'était déroulée dans un contexte particulier avec le début de la crise sanitaire liée au Covid-19 et les premières mesures gouvernementales qui n'avaient pas empêché les dirigeants de la fédération d'organiser malgré tout le scrutin malgré la demande de Damien Boyer-Gibaud, Michel-Ange Marie-Calixte et Gilles Jouanny de reporter l'élection. Face à ce qui pourrait être des irrégularités, un des candidats battus a décidé de saisir la commission de surveillance des opérations électorales de la FFSG afin de faire invalider le scrutin. Président du club d'Angers, Damien Boyer-Gibaud a lancé cette procédure qui, selon lui est « une évidence ».

Boyer-Gibaud : « Je ne souhaitais pas tarder pour ce recours »

Ses arguments pour justifier cette démarche sont l'absence de vote à bulletin secret à l'occasion de l'élection du nouveau président de la FFSG tout comme le fait que des élus n'ont pas pu faire le déplacement à Paris afin de procéder au scrutin en raison des directives gouvernementales. Le dirigeant angevin met également en cause le comportement de la FFSG, qu'il accuse de partialité en faveur de Nathalie Péchalat, tout comme certaines ligues régionales. « Je ne souhaitais pas tarder pour ce recours car je vois que la Fédération avance dans ses prises de décision », a déclaré Damien Boyer-Gibaud dans des propos recuellis par le quotidien L'Equipe. Alors que les statuts de la FFSG exigent une élection du président à bulletin secret, Nathalie Péchalat a préféré botter en touche. « Je ne souhaite pas répondre dans les médias, a confié au quotidien sportif celle qui voit sa nouvelle position déjà être contestée. Notre avocat est en charge du dossier. » Les sports de glace sont encore loin de la sérénité que bon nombre d'acteurs espèrent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.