Patinage : A Mulhouse, ce délinquant sexuel utilisait un pseudo

Patinage : A Mulhouse, ce délinquant sexuel utilisait un pseudo©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le jeudi 06 février 2020 à 17h05

L'affaire des violences sexuelles dans le patinage a notamment mis en lumière le cas d'un entraîneur de Mulhouse. Américain et âgé de 50 ans, cet homme (ancien patineur de haut niveau) a utilisé l'an passé une fausse identité afin d'intégrer le club alsacien.


Le scandale des abus sexuels dans le patinage a révélé le nom de Marc Mandina, cité par Didier Gailhaguet (le président de la FFSG) et qui fait l'objet d'une enquête. Cet Américain était dans l'encadrement du club de Mulhouse l'année dernière, après avoir été condamné dans son pays pour avoir filmé une adolescente de douze ans en train de prendre sa douche, comme l'a révélé jeudi 20 Minutes. Banni à vie par sa fédération et inscrit sur le fichier des délinquants sexuels, il utilisait en Alsace le pseudonyme Marco Vega afin d'officier comme bénévole. Ancien patineur de haut niveau, c'est en 2011 que Mandina a été poursuivi aux Etats-Unis pour cette détention d'images pédopornographiques, ce qui lui avait aussi valu trois ans de contrôle judiciaire.



C'est par le biais de sa compagne, nouvelle coach à Mulhouse, que Mandina s'est immiscé à Mulhouse. « Il venait fréquemment à la patinoire, explique la présidente du club. Il entraînait les jeunes pour les chorégraphies, et une fois pour un ballet. Mais on ne savait rien de son passé. » Un mail anonyme a donné l'alerte en juin 2019, afin de dévoiler la véritable identité de l'homme de 50 ans. Une vingtaine d'enfants ont alors été changés de club par leur famille, de Mulhouse à Colmar, où la dirigeante Marie Diamoneka-Lebeault a procédé à un signalement auprès du parquet de Mulhouse : « Je l'ai fait pour libérer la parole et pour protéger les jeunes patineurs. Des faits graves m'ont été rapportés. Et il y a toujours un tabou dans les fédérations autour de ces cas. » Aucune plainte n'a été déposée, mais l'enquête est en cours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.