JO : Les Jeux Olympiques d'hiver 2026 en Italie

JO : Les Jeux Olympiques d'hiver 2026 en Italie©Media365
A lire aussi

Lucas Bertolotto, publié le lundi 24 juin 2019 à 18h17

Le Comité international olympique a attribué les Jeux Olympiques d'hiver 2026 à Milan-Cortina d'Ampezzo ce lundi, vingt ans après les JO de Turin.

La dernière fois que l'Italie a accueilli les Jeux Olympiques d'hiver, Martin Fourcade n'était pas de la partie. Ce lundi, le Comité international olympique a attribué les JO de 2026 (du 6 au 22 février) à Milan et Cortina d'Ampezzo, ramenant les épreuves dans la Botte vingt après les jeux de Turin (2006). Le duo transalpin a été préféré au Suédois formé par les villes de Stockholm et Äre. « Nous pouvons nous attendre à des Jeux Olympiques d'hiver extraordinaires et durables dans un pays à la longue tradition de sports d'hiver » a déclaré le président du CIO Thomas Bach. La station de ski associée à la ville de Lombardie a récolté 47 voix contre 34 pour le site nordique, elle reverra donc les Jeux 70 ans après les avoir accueillis une première fois.

13 installations déjà existantes ou temporaires



Préférée à la Suède, l'Italie a bénéficié de lieux déjà existants pour accueillir cet événement. Un argument de poids dans la balance avec notamment des destinations de Coupe du Monde : « La région dispose de sites de sports d'hiver d'envergure internationale, explique le communiqué du CIO. Qu'il s'agisse des patinoires couvertes de Milan ou des destinations emblématiques bien connues de la Coupe du monde et des Championnats du monde, Cortina, Bormio, Antholz et Val di Fiemme. Le projet est en parfaite adéquation avec les réformes préconisées par l'Agenda olympique 2020, qui appellent à optimiser l'utilisation de sites existants et temporaires s'il n'y a pas de demande après les Jeux pour de nouvelles installations permanentes. Treize des quatorze installations totales existent déjà ou seront temporaires. »

Bach : « Nous avons réduit le coût et la complexité »

Si le nombre de villes diminue au fil du temps, l'engouement est toujours présent pour les candidates à l'accueil des JO. Le budget a été revu à la baisse pour s'offrir cet événement comme l'explique Thomas Bach : « Nous avons réduit le coût et la complexité de l'élaboration des projets Jeux, qui visent désormais les objectifs de développement à long terme des communautés hôtes et ont la durabilité et l'héritage à cœur. Cela a permis de réduire considérablement le budget de l'organisation et d'utiliser 93% de sites de compétition existants ou temporaires. » Lors des derniers Jeux Olympiques en Italie, la délégation transalpine avait décroché onze médailles dont cinq en or contre neuf pour la France et 29 pour l'Allemagne qui avait terminé en tête du classement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.