JO d'hiver 2030 : Val d'Isère n'a pas dit son dernier mot

JO d'hiver 2030 : Val d'Isère n'a pas dit son dernier mot ©Panoramic, Media365

Guillaume Marion, Media365, publié le lundi 11 décembre 2023 à 20h30

Alors que Val d'Isère et Isola 2000 pourraient finalement ne pas accueillir d'épreuves lors des Jeux d'hiver 2030, le maire de la station savoyarde continue de se battre pour faire changer les choses.



« La Mecque du ski alpin » sera-t-elle au menu en 2030 ? Si les Alpes françaises ont actuellement de grandes chances d'accueillir les Jeux Olympiques d'hiver dans sept ans, la carte des éventuels sites olympiques est pour l'heure encore assez floue. En effet, alors qu'Isola 2000 et Val d'Isère étaient pressenties pour accueillir des épreuves, les deux stations de ski ont depuis été écartées du projet. Du moins momentanément, car Patrick Martin, le maire de la commune savoyarde, espère encore pouvoir participer à la fête et être réintégré au projet. « Par trois fois, M. Wauquiez m'a rappelé que c'était sa volonté personnelle que Val d'Isère soit dans le dossier et qu'aujourd'hui on y est encore », a expliqué ce lundi l'élu, dans des propos repris par Le Parisien. Ce dernier a d'ailleurs pu échanger avec Laurent Wauquiez, le président de la Région Auvergne - Rhône-Alpes, ces derniers jours lors du Critérium de la première neige.

« C'est une bonne nouvelle pour nous »

Alors que Val d'Isère aimerait organiser quatre épreuves (géant hommes et femmes, slalom hommes et femmes), le maire de la station de ski savoyarde milite pour « une séparation des épreuves techniques et de vitesse » car ce serait « une solution crédible pour une bonne répartition des épreuves des Jeux ». Lors d'une conférence de presse, ce dernier a également déclaré : « M. Wauquiez m'a rappelé aussi que ce sont le Comité national olympique et les deux régions qui portent le projet qui choisissent les lieux à inclure et exclure. Pas le CIO. C'est une bonne nouvelle pour nous, cela permet de clarifier les choses. Un dialogue ciblé et constructif permettra à Val d'Isère, épaulé par les deux régions, de faire valoir ses arguments. (...) Nous avons conscience que les Jeux n'ont rien à voir avec des Coupes du monde, mais nous pouvons organiser des Jeux fluides, optimisés et responsables et en faire bénéficier l'ensemble de la vallée de la Tarentaise. Ce sera un legs pour l'avenir. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.