Judo : Une Ligue des Champions mitigée pour Agbegnenou, Dicko et Riner

Judo : Une Ligue des Champions mitigée pour Agbegnenou, Dicko et Riner©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 26 novembre 2022 à 15h50

L'édition 2022 de la Ligue des Champions a permis à Clarisse Agbegnenou, Romane Dicko et Teddy Riner de renouer avec les tatamis après plusieurs mois d'absence. Une journée de compétition qui a été marquée par des hauts et des bas.



Le public de Gori a été servi ce samedi. L'édition 2022 de la Ligue des Champions, compétition regroupant les meilleurs clubs du continent, a été l'occasion de retrouver la fine fleur du judo français. En effet, cinq mois après avoir donné naissance à sa fille Athéna, Clarisse Agbegnenou a porté les couleurs du Red Star Club de Champigny mais a dû se contenter de la médaille d'argent. Alignée en -70kg alors qu'elle est championne olympique des -63kg l'an passé à Tokyo, la Tricolore a tout d'abord conclu la victoire de son club face au Blanc-Mesnil (4-1) pour son entrée en lice avec un succès sur Candice Lebreton. Ce qui a ouvert les portes du dernier carré au club du Val-de-Marne face au Benfica. Si Chelsie Giles en -52kg puis Nekoda Smythe-Davis ont bien lancé Champigny, Clarisse Agbegnenou a mis fin au suspense en dominant Katie-Jemima Yeats-Brown (3-2). En finale, c'est un autre club français, l'US Orléans, que le Red Star Club de Champigny a dû défier.

Agbegnenou battue en finale, Dicko se contente du bronze

Le club du Loiret a également débuté sa journée face à une autre formation de l'Hexagone, Sainte-Geneviève-des-Bois. Emmené par les sœurs Astride et Priscilla Gneto mais également Margaux Pinot, l'US Orléans s'est nettement imposé (4-1) pour retrouver le PSG Judo avec comme enjeu une place en finale. Le club de la Capitale, quant à lui, pouvait compter sur Romane Dicko. Cette dernière, sacrée championne du monde des +78kg, a retrouvé la compétition ce samedi après avoir coupé à l'issue des Mondiaux. Toutefois, le succès de cette dernière face à Samah Hawa Camara en conclusion du duel n'a pas été suffisant pour permettre aux Parisiennes de se qualifier pour la finale (3-2). Toutefois, Romane Dicko a pu se consoler avec la médaille de bronze, prenant le meilleur sur Madeleine Malonga lors d'un duel face au Blanc-Mesnil (4-1). La finale de la compétition féminine, quant à elle, s'est avérée être à sens unique. Clarisse Agbegnenou n'a pas été en mesure de prendre le meilleur sur Margaux Pinot, qui a offert par la même occasion le titre européen à une équipe de l'US Orléans qui n'a pas perdu le moindre combat (5-0).


Riner a connu la défaite et revient sans médaille

Mais la principale attraction de cette journée de compétition en Géorgie était bien Teddy Riner. Contraint de déclarer forfait pour les derniers Mondiaux en raison d'une blessure à une cheville, le fer de lance du judo français a retrouvé les tatamis pour la première fois depuis le Grand Chelem de Budapest en juillet dernier. Engagé avec la section masculine du PSG Judo, le décuple champion du monde a subi la loi de Guram Tushishvili lors du duel perdu par le club de la Capitale face à la formation géorgienne du Fighter. Battu sèchement dès son entrée en lice (4-1), le club parisien ne pouvait alors viser que la médaille de bronze. Mais, si Teddy Riner a su se reprendre en dominant Giorgi Sherazadishvili, il n'a pu empêcher la défaite du PSG Judo face au club espagnol de Stabia, qui a ensuite dominé Sainte-Geneviève-des-Bois (5-0) pour s'assurer de la médaille de bronze. Si les clubs tricolores ont ramené trois médailles dans le tableau féminin, c'est un zéro pointé pour les deux formations engagées dans le tableau masculin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.