Judo - Championnats du monde : Deketer sort de l'ombre en décrochant le bronze

Judo - Championnats du monde : Deketer sort de l'ombre en décrochant le bronze©panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 09 octobre 2022 à 14h28

Manon Deketer, qui évolue dans la même catégorie que Clarisse Agbegnenou (-63kg), a décroché la médaille de bronze des championnats du monde de judo à Tashkent, alors qu'Alpha Djallo est tombé dès le deuxième tour en -81kg.


A l'instar des +100kg chez les hommes, difficile d'évoluer en France dans la catégorie des -63kg chez les femmes. Clarisse Agbegnenou, invaincue en grande compétition depuis 2017, monopolise toute l'attention, et Manon Deketer avait donc une immense occasion de faire parler d'elle lors des championnats du monde de Tashkent, pour lesquels la championne olympique de la catégorie, maman depuis quatre mois, est forfait. Et la Dunkerquoise de 24 ans a saisi sa chance ! Troisième lors des tournois de Tbilissi et Tel Aviv cette année, Manon Deketer a décroché la médaille de bronze, la première dans une grande compétition internationale !

Seule la médaillée de bronze olympique a réussi à la battre

La judokate française a vécu un excellent début de journée, avec trois victoires sur ippon face à des adversaires qu'elle affrontait pour la première fois, en étant exemptée de premier tour : après 1'15 de combat contre l'Ouzbèque Sevinch Isokova en seizièmes, puis après 3'30 contre la Néerlandaise Sanne Vermeeer (médaillée de bronze mondiale l'an passé) en huitièmes, et enfin après 2'42 face à la Roumaine Florentina Ivanescu en quarts. Mais les choses se sont corsées en demi-finale, face à la médaillée de bronze des Jeux Olympiques de Tokyo, Catherine Beauchemin-Pinard. Même si elle l'avait déjà battue deux fois en deux confrontations, et notamment en février à Tel Aviv, Deketer n'a rien pu faire lors de ce combat, s'inclinant sur ippon après 2'23. Elle jouait donc la médaille de bronze, face à la Polonaise Angelika Szymanska, qu'elle avait battue en 2018 lors de leur unique confrontation. Et elle s'est imposée au terme des quatre minutes grâce à un waza-ari réussi en début de combat ! La France décroche donc une deuxième médaille lors de ces Mondiaux, et Clarisse Agbegnenou (qui ne s'interdit pas de passer à la catégorie de poids supérieure pour Paris 2024) s'est peut-être trouvée une nouvelle rivale.

Djalo ne passe qu'un tour

Du côté des hommes, c'est la catégorie des -81kg qui était en lice ce dimanche, avec un seul Français, Alpha Djalo. Mais le judoka de 26 ans n'est pas resté longtemps sur le tatami ouzbek. Vainqueur du Polonais Pawel Drzymal, qu'il affrontait pour la première fois, sur un ippon après seulement 50 secondes de jeu, le Parisien s'est incliné ensuite face au redoutable Géorgien Tato Grigalashvili, double champion d'Europe 2020 et 2022 et vice-champion du monde 2021, qui l'a emporté en 1'42. Alors qu'Amandine Buchard a apporté la seule médaille à la délégation française depuis le début des Mondiaux, l'équipe masculine est donc toujours fanny. Peut-être qu'Alexis Mathieu, en -90kg, débloquera le compteur lundi ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.