Judo - Ch. Europe : On n'aura d'yeux que pour les Bleues

Judo - Ch. Europe : On n'aura d'yeux que pour les Bleues©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 28 avril 2022 à 20h03

Les championnats d'Europe s'ouvrent vendredi à Sofia. Côté français, tous les regards seront tournés vers les Bleues, qui figureront parmi les favorites dans plusieurs catégories, bien au contraire des garçons et leur classe biberon.



La première grande compétition internationale depuis les Jeux de Tokyo débute vendredi à Sofia, avec les championnats d'Europe où l'équipe de France n'engagera pas Teddy Riner, ni Clarisse Agbegnenou (en pause maternité). Mais pour le reste, c'est l'artillerie lourde qui sera de sortie, en tout cas chez les filles. A commencer par Amandine Buchard (-52 kg), qui attaquera dès vendredi matin. "Elles sont toutes bien classées, voire n°1, rappelle ainsi Larbi Benboudaoud, directeur de la haute performance. Il faut qu'elles tiennent leur rang. C'est cependant un peu dommage que sur des tirages, on ait nos Françaises qui se retrouvent dans le même tableau, voire dans le même quart. Mais bon, ce sont les aléas du tirage au sort."

Benboudaoud : "Pour les masculins, ça va être plus compliqué"

En plus de Buchard, les deux autres médaillées d'argent olympiques Sarah-Léonie Cysique (-57 kg) et Madeleine Malonga (-78 kg) sont aussi engagées, de même que la médaillée de bronze Romane Dicko (+78 kg) ou encore Margaux Pinot (-70 kg), qui peut s'offrir une nouvelle bouée d'oxygène après sa douloureuse affaire extra-sportive face à Alain Schmitt. Shirine Boukli (-48 kg), Priscilla Gneto (-57 kg) et Marie-Eve Gahié (-70 kg) sont d'autres noms qui comptent. "En revanche, pour les masculins, ça va être plus compliqué car quand on est bien classé, on écarte des meilleurs d'entrée de jeu, explique encore Benboudaoud. Ce n'est pas le cas."


L'autre médaillé individuel masculin, avec Teddy Riner, ne sera pas présent non plus, puisque Luka Mkheidze (-60 kg) est blessé au genou. "Si tu veux une médaille, il faut battre les meilleurs, s'exclame le dirigeant. J'attends de ces jeunes qui font un premier championnat qu'ils n'aient pas de complexe, qu'ils aient un bon comportement en termes d'engagement. Je veux les voir prendre des risques et essayer, qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes. Je ne veux pas d'un état d'esprit défaitiste. Qu'ils saisissent leur chance et s'engagent à bloc. Je ne veux pas de défaite sur un manque d'engagement, car ça crée beaucoup de regrets et de frustrations." Et de citer Nelson Mandela pour terminer : "On ne perd pas, on gagne ou on apprend."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.