XV de France : Quels seront les 31 joueurs pour le Japon ?

XV de France : Quels seront les 31 joueurs pour le Japon ?©Media365
A lire aussi

Thibault Laurens, publié le lundi 18 mars 2019 à 13h30

La page du Tournoi des 6 Nations désormais fermée, le XV de France va se projeter sur la Coupe du Monde au Japon. Une compétition où 31 Bleus seront sélectionnés. Si certains sont assurés de faire partie du voyage, d'autres paieront sans aucun doute les pots cassés. L'occasion de faire le point sur les forces en présence.

Le Tournoi des 6 Nations aura au moins eu le mérite d'éclaircir certaines zones d'ombre qui entourent le XV de France. Malgré une compétition globalement ratée, que ce soit au niveau des intentions ou bien des résultats, plusieurs joueurs se sont démarqués et devraient logiquement s'envoler pour le Japon afin de disputer la prochaine Coupe du Monde.

Ils seront du voyage

C'est bien évidemment le cas du capitaine des Bleus, Guilhem Guirado (Toulon). Le Catalan devrait être accompagné de Pierre Bourgarit (La Rochelle) et de Camille Chat (Racing 92), déjà présent dans le groupe pour le Tournoi. Concernant les piliers, Jefferson Poirot (Bordeaux-Bègles) devrait tenir son rang à gauche de la mêlée après son retour de blessure, en balance avec Dany Priso (La Rochelle). A droite, Demba Bamba (Brive), malgré sa jeunesse, incarne l'avenir. Uini Atonio (La Rochelle), plutôt en difficulté lors de ses derniers matchs, pourrait profiter du manque de réservoir au poste de pilier droit.

Concernant la deuxième ligne, la présence de Félix Lambey (Lyon) semble incontestable. Excellent dans le Tournoi morose du XV de France, il  devrait être un titulaire indiscutable. Il devrait être accompagné de Sébastien Vahaamahina (Clermont). Au poste de troisième ligne, Louis Picamoles (Montpellier), Arthur Iturria (Clermont) et Wenceslas Lauret (Racing 92) sont indiscutables et seront, sauf blessures, des hommes de base de Jacques Brunel.

Au niveau de la charnière, les choix dans l'esprit du sélectionneur paraissent clairs. Antoine Dupont (Toulouse) et Romain Ntamack (Toulouse) devraient partir dans la peau de titulaires. Les deux coéquipiers devraient être accompagnés par Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles), qui jouit d'une certaine cote auprès de Brunel. Sur les ailes, Damian Penaud (Clermont) est intouchable. Yoann Huget (Toulouse) également, même si Teddy Thomas (Racing 92) devrait faire son retour dans le groupe. Se passer d'un joueur capable de franchir les défenses les plus fermées paraîtrait comme une grave erreur. Au centre, Mathieu Bastareaud (Toulon) et Wesley Fofana (Clermont), si ce dernier n'est pas blessé, devraient être de la partie eux aussi. Un constat similaire pour Gaël Fickou (Stade Français) même si ce dernier peine à se montrer encore indispensable. (Stade Français)  Enfin, à l'arrière, Maxime Médard (Toulouse) et Thomas Ramos (Toulouse) devraient également faire partie du groupe.

Plusieurs joueurs poussent très fort

Une liste loin d'être fermée et dont certains joueurs pourraient profiter, même s'ils partent d'un peu plus loin. C'est le cas de Rabah Slimani (Clermont) qui pourrait bénéficier de la blessure de Dorian Aldegheri (Toulouse) au poste de pilier droit. A gauche Antoine Tichit (Castres), très en forme avec son club, pourrait constituer une bonne option en cas de blessure de Priso. En deuxième ligne, Paul Gabrillagues (Stade Français), que Jacques Brunel a rappelé pour la dernière journée du Tournoi des 6 Nations, postule également. C'est aussi le cas de Paul Willemse (Montpellier), même si ce dernier a plutôt déçu lors de ses apparitions sous le maillot tricolore. En troisième ligne, Grégory Alldritt (La Rochelle) a montré que l'on pouvait compter sur lui, notamment lors de ses entrées en jeu. Néanmoins, Mathieu Babillot (Castres), Kélian Galletier (Montpellier), ou encore Sekou Macalou (Stade Français) pourraient mettre Jacques Brunel dans l'embarras au moment d'effectuer son choix. Au poste de demi d'ouverture, Anthony Belleau (Toulon) peut croire en ses chances. Quant au troisième et dernier demi de mêlée, Morgan Parra (Clermont) devrait bénéficier de son expérience internationale et faire partie de la liste. Au centre, Geoffrey Doumayrou (La Rochelle) pourrait représenter une solution, même si ces dernières prestations en Bleus sont loin d'être convaincantes. Sofiane Guitoune (Toulouse), dans la forme de sa vie, pourrait aussi être un pari gagnant, même si ce dernier n'a plus été appelé depuis septembre 2015. Aux ailes, Rémy Grosso (Clermont), toujours convaincant, pourrait lui aussi bousculer la hiérarchie.

Pour d'autres, ça semble compromis 

Malheureusement, ces derniers ne devraient pas voir le Japon. C'est d'abord le cas de Camille Lopez (Clermont) qui semble avoir été puni par le sélectionneur, comme en atteste son entrée dans les arrêts de jeu lors du match face à l'Italie. Performant encore avec Lyon lors de la dernière journée, Noa Nakaitaci semble également partir de trop loin. A l'instar d'Eddy Ben Arous (Racing 92), Adrien Pélissié (Bordeaux-Bègles), Yoann Maestri (Stade Français), Brice Dulin (Racing 92), Geoffrey Palis (Castres), Rémi Lamerat (Clermont) ou encore Benjamin Fall (Montpellier). L'aventure devrait se dérouler sans eux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.