XV de France : Pour Novès le contenu a été pauvre

XV de France : Pour Novès le contenu a été pauvre©Media365

Lucas Bertolotto, publié le dimanche 26 novembre 2017 à 13h59

Après le match nul contre le Japon 23-23 samedi soir, le sélectionneur du XV de France Guy Novès a avoué que le contenu de jeu l'alertait plus que le résultat final.





Guy Novès, le pire a été évité face à une très bonne équipe mais il y a quand même beaucoup de déception, qu'en pensez-vous ?
Il y a beaucoup de travail devant nous. J'ai l'impression qu'il y a une véritable perte de confiance qui a une incidence majeure sur notre jeu et qui s'est traduite par un jeu haché, saccadé, avec les fautes presque habituelles de ces derniers temps. Ce qu'on peut regretter c'est qu'on n'a pas su marquer les points lorsqu'ils se sont présentés et nos transformations de jeu ont été bien trop lentes pour mettre en difficulté ce genre d'équipe qui joue très vite.

Est-ce que ce match nul n'aurait pas un goût de défaite pour vous ?
Bien-sûr, on est entré sur le terrain pour gagner le match mais à l'arrivée c'est un match nul contre cette équipe du Japon. Au-delà du match nul et de la défaite d'un point de la semaine dernière, c'est le contenu qui m'alerte et non pas le résultat en soit. C'est vraiment la pauvreté du contenu qui me tracasse. C'est pour cela que je parle peut être de perte de confiance. Il y a quelques mois ces joueurs ont montré un autre rugby avec un peu plus d'enthousiasme. Je ne parle pas de la tournée d'été mais du dernier Tournoi des VI Nations, de la dernière tournée de novembre, on avait une capacité à produire et à répondre aux adversaires que l'on n'a pas retrouvée ce soir. Au-delà du fait que l'équipe du Japon a fait un très bon match.
Novès : « Il faut absolument trouver de la sérénité »
Qu'est-ce qu'il vous a surpris le plus dans cette équipe du Japon ?
Rien, je n'ai pas du tout été surpris par cette équipe du Japon. Je pense que nous étions avertis car aujourd'hui toutes les équipes jouent un certain nombre de match. On savait très bien que cette équipe avait énormément progressé, mais on savait surtout qu'elle jouait très très vite. Sa vitesse dans le jeu, sa prise d'initiative, le jeu qu'elle a produit dès ses 22 mètres, c'est le jeu que nous faisions il y a peu de temps mais qu'on n'ose peut être plus produire aujourd'hui parce que je crois qu'il y a une perte de confiance momentanée. C'est vrai qu'il faut absolument trouver un peu de sérénité.

Comment faire pour retrouver cette confiance ?
Dans un premier temps ça va être compliqué car les joueurs vont repartir dans leurs clubs dès demain. Ça va nous laisser un peu de temps pour évacuer ce mois de novembre pauvre en rugby, et pour revoir un peu la copie. Mais il faut d'abord arrêter de croire un peu tout ce qu'il se dit et se remettre à croire en eux, essayer de rejouer au rugby, non pas de manière frileuse mais en se lâchant un petit peu, en exprimant un peu le potentiel qui est le leur parce que je pense qu'il y en a et aujourd'hui on l'a exprimé par à-coups. Evidemment, à ce niveau ce n'est pas suffisant.
Novès : « Des joueurs intéressants, d'autres moins »
Comment réagissez vous à la réaction du public ce soir ?
Je suis attaché aux marques d'encouragement du public donc effectivement lorsqu'il repart insatisfait du stade, vous comprenez bien que ça me touche d'autant plus. Je trouve tout à fait logique que le public soit déçu de ce match nul, tout comme nous. Ils étaient venus pour voir un spectacle de haut niveau de notre part et ils en ont vu un de la part du Japon, mais de notre part c'était un match pauvre. Donc oui je suis sensible à la réaction du public et je trouve totalement normaux les regrets qu'ils ont pu avoir en regardant ce match.

Quel bilan tirez-vous de cette tournée d'automne ?
Au niveau des résultats sportifs évidemment ce n'est pas un bon bilan puisque on a perdu contre la Nouvelle-Zélande, ensuite on perd d'un point contre l'Afrique du Sud avant de faire match nul contre le Japon. Mais en terme d'évaluation des joueurs il y a quand même des choses à retirer. Il y a des joueurs qui ont été d'un niveau intéressant et des joueurs qui l'ont été un petit peu moins. Si jamais on avait été brillants, peut être qu'on aurait continué à construire, à avancer. Là, on a passé un mois de novembre compliqué, entretenu par une grosse pression venue de quelques endroits précis et je pense que ça a quand même contribué à nous faire un peu gamberger. Donc on en arrive à faire des matchs de ce niveau-là, c'est-à-dire très pauvres, même si ce match a été très saccadé, notamment la première mi-temps. Les Japonais avaient fréquemment des joueurs par terre qui cassaient le rythme du match et je pense qu'on n'était pas préparé pour ça.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.