XV de France : Poirot s'est montré critique contre certains coéquipiers en sélection

XV de France : Poirot s'est montré critique contre certains coéquipiers en sélection©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 21 août 2020 à 20h41

Retraité du XV de France, Jefferson Poirot a profité de sa liberté de ton pour critiquer vivement certains de ses anciens coéquipiers en sélection dans un entretien accordé à Sud-Ouest.

Jefferson Poirot n'est pas décidé à mâcher ses mots. Alors qu'il a annoncé sa retraite internationale à seulement 27 ans et qui a récemment prolongé son contrat avec l'Union Bordeaux-Bègles jusqu'en 2025, le pilier aux 36 sélections sous le maillot du XV de France a dressé un portrait au vitriol de certains de ses anciens coéquipiers sous le maillot tricolore. « Les mecs qui venaient juste pour la lumière, pour la prime, j'en ai énormément souffert les quatre années avant la Coupe du Monde au Japon : je ne comprenais pas pourquoi ils venaient », a déclaré l'ancien joueur de Brive dans un entretien accordé au quotidien régional Sud-Ouest. Faisant un parallèle avec un autre joueur qui a quitté les Bleus après la Coupe du Monde, Sébastien Vahaamahina, l'ancien vice-capitaine du XV de France a résumé l'état d'esprit qui l'habitait. « Je pense qu'on est des cas isolés, assure le joueur de l'UBB. C'est peut-être prétentieux, mais je pense qu'on est des joueurs qui ont eu le courage d'avouer ne pas être à 100 % en équipe de France et qui ont envie de trahir personne. »

Poirot : « Mon état d'esprit a été, je crois, irréprochable »

S'il était un cadre du XV de France sous Jacques Brunel, son statut a radicalement évolué avec l'arrivée de Fabien Galthié à la tête de la sélection. Jefferson Poirot est, en effet, passé en l'espace de quelques mois de vice-capitaine à simple réserviste une fois le nouveau staff mis en place au lendemain de la Coupe du Monde, conclue par une défaite pleine de regrets face au pays de Galles en quarts de finale. Une compétition qui l'a marquée, notamment par le comportement de certains joueurs. « Chaque midi à table, ils descendaient les coaches, l'institution de l'équipe de France... Il était hors de question que je sois cette personne-là, tonne le pilier international. Malgré tout, je pense que j'aurais eu l'intelligence de ne pas pourrir le truc. Lors du dernier Tournoi, dans une situation un peu particulière mon état d'esprit a été je crois irréprochable. » Des déclarations qui risquent de faire réagir autour d'un XV de France au cœur d'une bataille entre la FFR et les clubs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.