XV de France : Ntamack revient sur sa relance magique face aux All Blacks

XV de France : Ntamack revient sur sa relance magique face aux All Blacks©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le lundi 22 novembre 2021 à 15h59

Romain Ntamack revient ce lundi dans L'Equipe sur cette relance extraordinaire depuis son en-but à l'heure de jeu, samedi face aux All Blacks. Une inspiration exceptionnelle de l'ouvreur des Bleus qui a remis complètement en selle le XV de France alors que les Bleus semblaient au plus mal à ce moment de la partie.

Le geste a fait le tour de toutes les télés du monde entier ce week-end. Il matérialise parfaitement le génie de Romain Ntamack (22 ans), jeune ouvreur ô combien talentueux mais qui possède également ce grain de folie qui l'a amené à tenter l'impossible, samedi soir à l'heure de jeu face à des All Blacks ragaillardis. Un geste insensé avec du recul, mais tellement extraordinaire finalement, à voir la manière dont celui que Fabien Galthié avait eu l'excellente idée de repositionner à l'ouverture, son vrai poste, est parvenu à mystifier tous ses adversaires. Et pas seulement pour éloigner le danger qui poignait dans l'en-but français mais pour signer un plus grand exploit encore en réussissant, sur autre inspiration magistrale, à lancer une contre-attaque de toute beauté qui aurait très bien pu faire mouche si Antoine Dupont n'avait pas échappé le ballon en fin d'une séquence d'anthologie qui s'est achevée dans les 22 mètres adverses. Deux jours après son action d'éclat, le numéro 10 du Stade toulousain s'est replongé pour L'Equipe à la 61eme minute de ce France-Nouvelle-Zélande ayant débouché sur la performance que l'on sait (victoire 40-25 des Tricolores).

Ntamack : "Je n'entends rien"

"Sur le coup, je ne réalise pas, je ne pensais même plus au score (...) Mais dans ma tête, c'est clair : il faut la tenter." Dans le pire des cas, Ntamack sait que s'il se rate, il ne coûtera qu'une mêlée à cinq mètres aux siens, alors il n'a pas hésité, en dépit de cette pression, folle. "Je suis dos au jeu quand je récupère le ballon, se remémore le héros. Je ne sais pas combien de Néo-Zélandais sont là. Je choisi un côté, mais j'aurais pu partir de l'autre et tout ça ne serait pas arrivé." Cela aurait été tellement dommage. "Je m'en sors et je me fixe la ligne droite, puis je sens l'appel de Melvyn." Le tout dans une ambiance assourdissante qui n'a pas empêché le champion de France et d'Europe en titre de trouver magnifiquement le Catalan. "Il y a tellement de bruit que je n'entends rien, poursuit Ntamack. Je le vois juste du coin de l'œil qui dédouble." Pour l'intéressé, le plus facile restait alors à faire. "Je n'ai plus qu'à m'appliquer pour bien lui lever le ballon et lui mettre parfaitement dans la course." Le Stade de France s'est levé lui aussi, à raison. Il en redemande, et nous avec.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.