XV de France : Les clubs demandent un effort au staff, selon Thomas Lombard

XV de France : Les clubs demandent un effort au staff, selon Thomas Lombard©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 19 août 2020 à 12h25

Face à une fenêtre internationale élargie par World Rugby, les clubs demandent par l'intermédiaire de Thomas Lombard, directeur général du Stade Français Paris, de la mesure au staff du XV de France.

La tension monte entre les clubs français et la Fédération Française de rugby. Quelques semaines après l'annonce de World Rugby concernant la fenêtre internationale d'automne, élargie à sept semaines et six rencontres, aucun accord permettant de concilier les besoins du XV de France et les impératifs des clubs n'a pu être trouvé. Alors qu'en Angleterre, un accord a été trouvé entre la Fédération, la Ligue et le syndicat des joueurs permettant de réduire les cadences infernales imposées aux joueurs avec notamment deux journées en semaine entre la mi-août et la mi-septembre, le rugby français continue avec ses querelles intestines. Une tension que Thomas Lombard, directeur général du Stade Français Paris confirme dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe : « Nous sommes déjà au point de tension... Presque à l'acmé. Les deux camps campent sur leur position. » S'il confirme que les clubs ne diront rien concernant les trois test-matchs initialement prévu ainsi que le dernier match du Tournoi des 6 Nations face à l'Irlande, le programme élargi voulu par World Rugby pose problème.

Lombard : « A un moment, ça devient impossible ! »

« On affiche un degré supérieur de solidarité. Et on nous répond que ce n'est pas assez, tempête l'ancien trois-quarts polyvalent. Comme l'équipe de France, nous avons subi un certain nombre de contraintes, et si on part du principe que la santé du rugby français passe aussi par la santé des clubs, il faut respecter le Top 14. » Aux yeux de l'ancien international, l'idée de programmer six rencontres en l'espace de sept semaines va demander un effort trop important à un groupe qui pourrait ne pas changer. Mais l'autre souci, concernant le Stade Français Paris, est le nombre important d'internationaux étrangers dans l'effectif qui, s'ils doivent manquer près de deux mois de compétition, vont affaiblir le club de la Capitale. « Quand j'ai signé le contrat des Argentins, ils devaient disputer trois test-matchs. Mais les règles ont changé, peste Thomas Lombard. Et au milieu de tout ça, nous devons disputer sept journées de Championnat. À un moment, ça devient impossible ! »

Lombard demande « une revue d'effectif »

Si les positions n'évoluent pas entre la FFR et les clubs, le XV de France devra bien disputer six rencontres en l'espace de sept semaines. Ayant clairement l'intention d'aligner les meilleurs joueurs lors de ces six matchs, Fabien Galthié pourrait limiter les changements d'une rencontre à l'autre, sollicitant un groupe peu remanié. Face à cela, Thomas Lombard appelle le staff tricolore à de la mesure. « Que les clubs de Top 14 fassent un effort particulier pour le match de préparation et le France-Irlande, nous n'avons pas d'objection à ça, assure le directeur général du Stade Français Paris. Mais concernant la compétition créée pour remplacer les trois tests qui devaient se dérouler en novembre avant la crise du Covid-19, il faut que le staff du quinze de France instaure un turnover, voire une revue d'effectif, en bonne intelligence avec les clubs. » Une proposition qui pourrait permettre de concilier les intérêts des clubs, qui vont reprendre la compétition durant le premier week-end de septembre après une pause de plusieurs mois, et ceux d'un XV de France encore en lice pour la victoire dans le Tournoi des 6 Nations et qui prépare déjà la prochaine Coupe du Monde organisée dans l'Hexagone.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.