XV de France : Les Bleus interrogés par la police écossaise comme témoins lors d'une agression sexuelle

XV de France : Les Bleus interrogés par la police écossaise comme témoins lors d'une agression sexuelle©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le lundi 12 février 2018 à 18h25

La police écossaise interroge six joueurs français suite à un incident impliquant des membres du groupe France comme potentiels témoins dans la nuit de dimanche à lundi.

Au lendemain de sa défaite en Ecosse lors de la deuxième journée du Tournoi des 6 Nations (32-26), le XV de France est rentré à Paris avec un léger retard. Le JDD et L'Equipe ont révélé que les joueurs français étaient restés bloqués sur le tarmac de l'aéroport d'Édimbourg suite à une décision de la police locale. Les autorités auraient en effet demandé à interroger plusieurs joueurs avant le décollage. Une information confirmée par la FFR en début d'après-midi. Si un porte-parole de la police écossaise a affirmé n'avoir eu aucune information concernant une bagarre impliquant les joueurs français, six ont cependant été interpellés pour répondre à certaines questions.Picamoles, Belleau, Lamerat et Danty concernésAnthony Belleau, Jonathan Danty, Yacouba Camara, Félix Lambey, Louis Picamoles et Rémi Lamerat étaient bien au Tigerlily (bar du centre ville) ce dimanche, en état d'ébriété. Ils ont donc été contraints de passer la journée dans la Capitale écossaise avec le vice-président de la Fédération Française de Rugby Serge Simon. « On ne sait pas du tout ce qu'il y a eu, apparemment ils sont entendus comme témoins. Ce n'est pas méchant, et nous on va décoller. On ne va pas passer la journée là » a réagi Bernard Laporte sur Europe 1.

Une affaire d'agression sexuelle Un peu plus tard ce lundi, la police écossaise a apporté plus de précisions sur l'enquête en cours. Il s'agirait en fait d'une plainte pour une agression sexuelle qui obligerait les autorités locales à interroger des joueurs tricolores en tant que témoins. Aucun membre du XV de France ne serait impliqué dans cette affaire, ils seraient simplement questionnés comme témoins potentiels alors que l'agression présumée aurait eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi dans le centre ville d'Édimbourg. Il a été conclu par les autorités qu'aucun crime n'avait été commis lors de cette nuit.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU