XV de France : La polémique n'est pas nécessaire pour Rémy Grosso

XV de France : La polémique n'est pas nécessaire pour Rémy Grosso©Media365

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 14 juin 2018 à 20h00

Sorti sur blessure lors du premier test match entre la Nouvelle-Zélande et la France, victime de deux fractures au crâne et rapatrié en France dimanche, Rémy Grosso est sorti de son silence.

Mis à part le score lourd en faveur des All Blacks, l'image qui restera du premier test-match opposant la Nouvelle-Zélande à la France est le plaquage rude dont a été victime Rémy Grosso. Le trois-quarts aile de Clermont, avant de rentrer en France ce dimanche, s'est confié au magazine Midi Olympique. S'il ne veut pas créer de polémique alors que seul Ofa Tu'ungafasi a été sanctionné d'un avertissement, l'international tricolore ne digère pas la réaction du corps arbitral mené par l'Anglais Luke Pearce. « Ce qui me dérange, c'est l'arbitrage de l'action, assure Rémy Grosso. J'ai les boules, je ne trouve pas ça réglo. » Le Français ajoute que, selon lui, les sanctions auraient pu, voire même dû, être lourdes pour les deux Néo-Zélandais : « Si l'arbitre siffle faute, Cane doit au moins prendre un jaune, et leur pilier un rouge ».

Grosso : « Si on fait la même chose, on se fait punir »


Avant de passer par la case opération pour soigner ses deux fractures au crâne, Rémy Grosso a assuré qu'il sentait une différence de traitement entre les agissements des joueurs néo-zélandais et ce que les Tricolores auraient pu faire : « Si on fait la même chose, nous Français, on se fait punir ». Mais l'international français ne cache pas que son principal regret vient de l'attitude, du geste d'Ola Tu'ungafasi qui n'a pas forcément tout fait pour ne pas heurter aussi violemment son visage : « Il me voit arriver, il voit que je suis bas et il fait tout de même le geste d'avancer son épaule ». Un plaquage plus que rugueux qui a mis un terme prématuré à sa tournée en Nouvelle-Zélande, qui verra les Bleus affronter une deuxième fois les All Blacks ce samedi à Wellington. Arbitre de touche sur le premier match, l'Australien Angus Gardner sera scruté tout au long de la rencontre.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU