XV de France : Guy Novès contre-attaque

XV de France : Guy Novès contre-attaque©Media365
A lire aussi

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 06 février 2019 à 12h44

Guy Novès riposte. Selon Le Parisien, l'ancien sélectionneur du XV de France s'apprêterait à réclamer près de 3 millions d'euros à la FFR suite à son licenciement, en décembre 2017. Toujours selon le journal, Novès devrait faire part de sa demande le 14 février prochain devant le conseil des prud'hommes. 



Sous contrat pour encore deux années avec les Bleus lors de son licenciement, l'ancien homme fort du XV de France avait été remercié pour faute grave. Une accusation que devra prouver la FFR à la cour de Toulouse, où se tiendra l'audience. Du côté de la FFR, l'argumentation se prépare. La « faute grave » pour laquelle Novès avait été écarté serait lié à plusieurs motifs. En premier lieu, la Fédération reprocherait à l'ancien manager du Stade Toulousain d'avoir entretenu de mauvaises relations avec les clubs du Top 14, marquées par une trop grande distance entre les clubs du championnat et le XV de France. Second problème avancé par la Fédération : un comportement trop sec et tranchant envers les pensionnaires de Marcoussis.

Mais qui voulait la peau de Novès ?

Une ambiance déplorable dont la Fédération tiendrait Novès pour responsable. Des imputations que comptent démonter point par point les avocats de l'ancien sélectionneur. Le limogeage de l'ex-sélectionneur constituait de toute façon un sérieux point d'interrogation avant même l'officialisation de son départ. Car la FFR, déplorerait Novès, aurait préparé le terrain à son éviction. Et les raisons affichées par le président Laporte à la presse semble lui donner raison : tantôt les mauvais résultats furent mis en avant, puis un audit ou encore la mauvaise ambiance dans le vestiaire des Bleus. Des motifs que n'accepte pas Novès, et qu'il compte contrecarrer lors de l'audience. Une affaire qui pourrait lui rapporter environ 2.9 millions d'euros, d'après nos confrères du Parisien, soit les salaires restants pour ses deux années de contrat, ainsi que divers dommages et intérêts. Une affaire d'honneur aussi pour le natif de Toulouse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.